Psychologues : quelles conditions pour le remboursement ?

Dernière mise à jour: juillet 2019 | 8458 visites
123-vr-consult-dr-04-16.jpg

news Alors que les mutualités interviennent depuis longtemps (dans le cadre de l'assurance complémentaire), l'Inami rembourse dorénavant tout ou partie des consultations de première ligne des psychologues cliniciens et des orthopédagogues. Qui peut bénéficier de cette prise en charge ?

L'Inami intervient pour un maximum de 4 séances, qui peuvent être prolongées une fois par 4 autres séances. L'intervention du patient est fixée à 11 € par séance, ou 4 € pour les bénéficiaires d'un régime préférentiel. L’objectif est d’accroître l’accessibilité et la gamme des soins de santé mentale pour adultes.

A quoi sont destinées ces séances ?

• faire un diagnostic des problèmes rencontrés
• fournir des soins psychologiques généraux
• proposer un traitement, des solutions, une guidance
• promouvoir l’autonomie
• rediriger en cas de problématique plus complexe

Qui peut bénéficier du remboursement ?

Adultes de 18 à 64 ans :

• présentant un problème psychologique modérément sévère lié à l'anxiété, à la dépression ou à la consommation d'alcool
• qui ont été orientés vers ces soins par le médecin généraliste ou le psychiatre
• qui sont en ordre de mutualité

Que signifie un problème psychique modérément sévère ?

• le problème est limité dans le temps : depuis quelques semaines ou quelques mois
• il intervient dans un domaine circonscrit (travail, famille, social ou émotionnel...)
• les interventions à court terme semblent suffisantes pour améliorer le problème
• le patient est dans un contexte sûr et stable (aucun risque de suicide)
• le patient est capable d'entrer dans une relation
• le patient est intéressé par cette offre de soins de première ligne

L'assistance est organisée dans le cadre de réseaux mis en place par des hôpitaux psychiatriques et qui comprennent des services tels que les cabinets de médecins généralistes, les centres de santé de district et les centres d’action sociale. Les établissements et institutions déjà subventionnés pour la délivrance de soins de santé mentale sont exclus. Ceci s'applique par exemple à un hôpital ou à un centre de santé mentale.


publié le : 17/07/2019 , mis à jour le 17/07/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci