Kyste synovial : pourquoi cette boule au poignet ?

Dernière mise à jour: janvier 2016 | 188008 visites
kyste1.jpg

news Le kyste synovial du poignet peut passer en quelques semaines d'une gêne discrète à une grosseur douloureuse. Quelles en sont les causes ? Et comment le traiter ?

Un kyste synovial, également appelé kyste arthro-synovial, apparaît souvent à la base du poignet mais peut concerner d'autres membres (coude, genou). Son origine s'expliquerait par le vieillissement de la capsule articulaire, le tissu qui entoure l'articulation du poignet. Celle-ci baigne dans ce qu'on appelle le liquide synovial, qui sert de lubrifiant pour permettre un mouvement aisé. Le kyste apparaît lorsque la poche abritant ce liquide crée une sorte d'excroissance, qui se remplit à son tour de liquide.

Les traumatismes, comme ceux causés par des mouvements répétitifs ou des coups, peuvent favoriser l'apparition du kyste. Certains sportifs (volleyeurs, basketteurs, hockeyeurs) y sont particulièrement exposés.

Le kyste augmente peu à peu de volume pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Il peut être de petite taille mais très douloureux, ou au contraire volumineux et inesthétique mais totalement indolore. Il s'agit d'une excroissance bénigne.

Certains kystes disparaissent au bout d'un certain temps ou à la suite d’une pression. Les récidives peuvent se produire dans un délai très variable, de quelques jours à quelques années.

Quels traitements ?


• En cas de forte gêne ou de douleurs importantes, le médecin peut prescrire un anti-inflammatoire non stéroïdien (Ains) et recommander une période de repos.

• Il est possible de ponctionner le liquide synovial mais les récidives sont fréquentes.

• Un traitement chirurgical sera envisagé dans certains cas, mais cette intervention peut entraîner une perte de mobilité et une rééducation sera alors nécessaire.

Source: Photo : Institut français de chirurgie de la main (www.institut-main.fr)
publié le : 03/01/2016 , mis à jour le 12/01/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci