Le préservatif peut-il nuire à l’érection ?

Dernière mise à jour: novembre 2015 | 14749 visites
123-koppel-bed-sensueel-170-11.jpg

news Les problèmes d’érection lors de l’utilisation du préservatif sont une réalité : la question consiste à savoir si le condom est vraiment à l’origine de ces difficultés.

L’une des meilleures manières d’y répondre consiste à déterminer si ces hommes souffrent aussi de dysfonction érectile pendant les rapports sexuels sans préservatif. Une équipe américaine (université de l’Indiana) a creusé le sujet. Elle a demandé à un groupe d’adultes jeunes et d’âge moyen de renseigner leurs difficultés avec le préservatif lors des trois mois précédents : la moitié n’ont jamais rencontré de problème d’érection, un tiers déclarent des « pannes » au moment où ils mettent le condom et lors de la pénétration, alors que pour les autres, c’est soit dans l’une, soit dans l’autre situation. L’analyse a tenu compte de facteurs comme l’état de santé, l’expérience sexuelle, ainsi encore que des critères socio-démographiques.

Et il apparaît de manière très claire que ceux qui rapportent des soucis érectiles avec le préservatif sont bien plus susceptibles que les autres de connaître les mêmes problèmes en l’absence de préservatif. Ce n'est pas systématique, mais la probabilité est plus élevée. Par ailleurs, ils affichent un score de satisfaction sexuelle globale « significativement » plus faible. Ceci ne signifie pas que le préservatif ne joue aucun rôle : chez certaines personnes, il peut effectivement altérer la qualité de l’érection et/ou amplifier une dysfonction érectile. Globalement cependant, il ne s’agit pas d’un facteur déterminant.

L’étude montre aussi qu’une proportion importante des participants n’a jamais vraiment appris à utiliser correctement le condom. Les chercheurs estiment que lorsqu’un homme se plaint de soucis d’érection avec le préservatif, la première chose consiste à savoir si cela se produit uniquement dans ce cas, puis si la personne l’utilise comme il faut, et le cas échéant lui proposer ensuite une prise en charge adaptée.

Source: The Journal of Sexual Medicine (http://onlinelibrary.wiley.)
publié le : 09/11/2015 , mis à jour le 08/11/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci