ad

Fatigue : les causes, les traitements et les conseils

Dernière mise à jour: septembre 2015 | 14973 visites
Dans cet article
Fatigue : les causes, les traitements et les conseils

dossier Vous vous sentez fatigué, épuise, vidé, exténué, et cela persiste. Votre travail s'en ressent. Votre vie familiale et vos activités sociales en pâtissent.

Que faire ? Il s'agit tout d'abord de se poser quelques questions élémentaires avant de faire son shopping médical ou de verser dans l'automédication.

La fatigue est souvent inoffensive mais peut parfois traduire l'existence d'une pathologie sérieuse. Elle mérite que l'on s'en inquiète si elle persiste plusieurs semaines.

Les questions à se poser

koppel-slapen-snurk-170_400_05.jpg
• La fatigue est-elle accompagnée d'autres symptômes : douleurs musculaires ou articulaires, ganglions gonflés, fièvre, maux de tête, maux de ventre, douleurs thoraciques, troubles gastro-intestinaux, difficultés à digérer, perte de poids, troubles hormonaux, troubles de l'humeur, anxiété, nervosité...?
• Votre dernier bilan sanguin remonte-il à plus de six mois ? Si tel est le cas, une anémie pourrait être à l'origine de cette fatigue. Il serait peut-être temps de refaire une prise de sang.
• Prenez-vous depuis peu de nouveaux médicaments ? Si oui, la fatigue ressentie est-elle apparue peu de temps après ce nouveau traitement ? De nombreux médicaments ont comme effet secondaire un manque de dynamisme, de la fatigue voire de la somnolence.
• Prenez-vous un sirop antitussif ? Suivez-vous un traitement contre l'anxiété, l'hypertension, la dépression ? Ces médicaments peuvent provoquer de la somnolence.
• Etes-vous soumis à un stress intensif ? A un accroissement de la charge de travail ? A une recrudescence de problèmes, de soucis qui provoqueraient de la nervosité, de l'anxiété ou des troubles du sommeil ?
• Etes-vous sujet à des apnées du sommeil ? Ronflez-vous ? Vous pourriez avoir un sommeil de mauvaise qualité, peu, voire pas récupérateur.

Le diagnostic

Le diagnostic est dit d’exclusion : le médecin procède par élimination, en considérant toutes les causes possibles de la fatigue. Un bilan sanguin sera réalisé, accompagné ou non d’examens cliniques complémentaires.

Les troubles du sommeil jouent un rôle important. Ils peuvent survenir pour des raisons multiples que le médecin devra mettre au jour : prise de médicaments provoquant de l’insomnie, stress, anxiété, douleurs, ronflements, apnées, problèmes respiratoires, inflammations, maladies orphelines, pathologies chroniques, stress professionnel, soucis familiaux...

On parle d’asthénie quand la fatigue ne résulte pas d’un effort et que le repos n’est pas réparateur et de syndrome d’asthénie ou de fatigue si le patient en souffre depuis moins de six mois.

Le traitement

Dans la plupart des cas, quelques jours de repos et de dépaysement suffisent. Le but n'est pas de dormir du matin au soir mais de se relaxer.

• En cas d’anémie, une cure intensive de fer sera préconisée.
• La prise de magnésium permet également de "rebooster" l'organisme.
• Si un manque de lumière est en cause, le praticien vous conseillera l'achat d'un écran lumineux spécifique ou une cure de luminothérapie.
• Les amphétamines et les boissons énergisantes sont à proscrire.
Les somnifères doivent être utilisés avec modération, et seulement sous suivi médical. Ils ne font pas bon ménage avec l’alcool ni avec les antidépresseurs.

Les conseils

123-3vr-jogging-lopen-sport-170-08.jpg
• La pratique d’une activité physique régulière, même simplement de la marche.
• Bien aérer son habitation. Evitez les ambiances enfumées et surchauffées.
• Se réserver un moment pour une courte sieste.
Fractionnez les repas sans pour autant en sauter. Surtout ne pas souper trop tard et trop copieusement, et attendre au moins deux à trois heures avant d'aller se coucher.
Le chocolat est riche en magnésium. Il est à recommander. Les fruits secs sont une bonne source d'’énergie, de même que les raisins.


publié le : 22/09/2011 , mis à jour le 08/09/2015
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci