ad

Pas de régime amaigrissant sans bonne raison

Dernière mise à jour: juin 2013 | 3499 visites
vr-eten-asperge-1-170_400_09.jpg

news La recherche de la perte de poids sans indication médicale formelle comporte des risques cliniques, biologiques, comportementaux et psychologiques, affirme sans ambiguïté l’Agence nationale française de sécurité sanitaire (Anses).

En novembre dernier, l’agence avait publié un rapport, reposant sur l’examen de quinze régimes amaigrissants à la mode, en mettant en évidence d’importants déséquilibres, parmi lesquels une quantité de protéines supérieure à l’apport nutritionnel recommandé, trop ou pas assez de calcium, des apports en sodium trop élevés, ainsi que des apports en fibres trop faibles. A l’époque, l’Anses avait constaté la situation, sans émettre d’avis formel, puisqu’elle attendait des « contributions scientifiques supplémentaires ».

C’est choses faite, et l’agence parle aujourd’hui, en des termes appuyés, de « pratiques à risques », lorsque « la recherche de perte de poids n’est pas motivée par une indication médicale formelle ». Assez logiquement, les risques sont différents selon le type de régime, mais les déséquilibres sont constants. Les dangers portent sur la masse musculaire et osseuse, le bon fonctionnement des reins et/ou du foie, ainsi que des modifications profondes du métabolisme énergétique.

Dépression et perte de l'estime de soi


Le Pr Irène Margaratis, responsable de l’unité d’évaluation des risques nutritionnels à l’Anses, explique que lors d’un régime amaigrissant contraignant – et d’autant plus s’il est déséquilibré et peu diversifié – l’organisme déclenche une « mise en économie », qui diminue ses dépenses et fabrique de la graisse quand il y a reprise de poids. « On joue alors avec le corps et ses contraintes, provoquant un déséquilibre parfois irréversible ».

A ceci s’ajoutent des répercussions psychologiques, dans la mesure où « la dépression et la perte de l’estime de soi sont des conséquences fréquentes des échecs à répétition des régimes amaigrissants ». En d’autres termes, ceux-ci doivent être indiqués médicalement et encadrés par des professionnels (médecins, diététiciens..). Quant à ceux qui veulent perdre un peu de poids, le plus efficace – on ne le répétera jamais assez – consiste à équilibrer son alimentation et pratiquer une activité physique régulière, pour que les dépenses énergétiques dépassent les apports. C’est tout simple, tout bête, mais tout aussi imparable.


publié le : 18/08/2011 , mis à jour le 06/06/2013
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci