ad

La privation de sommeil rend trop… optimiste

Dernière mise à jour: octobre 2012 | 3945 visites
man-moe-170_400_03.jpg

news Prendre des décisions en état de manque de sommeil peut conduire à des prises de risque inconsidérées, singulièrement en ce qui concerne le rapport aux jeux d’argent. Si vous jouez au poker sur Internet, mieux vaut donc éviter les nuits blanches.

Une équipe de chercheurs du centre médical de la Duke University (Caroline du Nord) a montré que la privation de sommeil influe directement sur les décisions d’ordre financier, indépendamment de la baisse de vigilance. En fait, ils ont observé que cet « état de manque » entraînait une activité cérébrale accrue dans les zones qui réagissent aux stimulations positives, tout en diminuant la réactivité des régions chargées de gérer les données négatives qui parviennent au cerveau.

Une trentaine de volontaires, avec une moyenne d’âge de 22 ans, ont été intégrés dans cette expérience (dont le détail est publié par la revue « Neuroscience »). Les spécialistes ont demandé à chacun d’entre eux de prendre une série de décisions liées à des investissements financiers. Les participants y ont procédé soit huit heures après un sommeil réparateur, soit six heures après une nuit blanche. Leur activité cérébrale était mesurée par IRM.
La conclusion est claire : la prudence s’estompe considérablement en cas de privation de sommeil, alors que l’appât du gain, la confiance en soi et l’optimisme prennent nettement le dessus.


publié le : 09/10/2011 , mis à jour le 05/10/2012
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci