Chacun perçoit à sa manière le monde qui l’entoure

Dernière mise à jour: mars 2011 | 21152 visites
hersenen-hand.jpg

news Nous n’observons pas le monde qui nous entoure de manière identique : c’est la conclusion formulée par des chercheurs de l’University College London, qui ont pu établir que la taille du cortex visuel – une zone spécifique du cerveau – influait directement et spécifiquement sur la manière dont nous observons notre environnement.

Publiés dans la revue Nature Neuroscience, ces résultats partent du constat, commentent nos confrères de Sciences et Avenir, que « si nous sommes tous familiers avec l’idée que nos pensées et nos émotions varient d’une personne à l’autre, la plupart des gens pensent que la manière dont ils perçoivent le monde avec leurs yeux est généralement très similaire, quels que soient les individus ». Mais ce n’est pas le cas : le cortex visuel primaire, dont la taille peut varier de un à trois chez l’être humain, intervient de manière très claire… et différencie les perceptions individuelles de l’environnement. Les chercheurs ont soumis à des volontaires une série d’images reposant sur des illusions d’optique, comme des cercles de même rayon, mais disposés de telle manière que l’un paraît plus grand que l’autre. Eh ! bien, il apparaît que le volume du cortex visuel primaire – déterminé par résonance magnétique - influe sur la perception de l’illusion ; les uns affirmant qu’une grande différence de taille distingue les deux cercles, les autres qu’elle n’est que mineure, les autres encore la considérant inexistante. En fait, plus le cortex visuel est petit, plus l’illusion d’optique est fortement ressentie. « Notre étude est la première à montrer que la taille du cerveau d’une personne permet de prédire la manière dont elle va percevoir son environnement », souligne le Dr Schwarzkopf, le coordinateur de ces travaux.


publié le : 15/04/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci