Qu’est-ce que l’hyperventilation ?

Dernière mise à jour: mars 2011 | 120237 visites
Dans cet article
Qu’est-ce que l’hyperventilation ?

dossier Il s’agit d’une mauvaise façon de respirer. Vous respirez en fait trop vite ou trop lentement sans que cela ne soit nécessaire comme par exemple lors d’un exercice physique intense.

Nous respirons tout naturellement sans y penser : il y a un apport d’oxygène lors de l’inspiration et une production de dioxyde de carbone (CO2) lors de l’expiration. La respiration s’adapte aux activités que nous faisons. Ainsi, nous avons besoin d‘un apport en oxygène supérieur lorsque nous sommes actifs par rapport à la période de sommeil durant laquelle nous pouvons respirer plus tranquillement.

Hyperventilatie-170_400_03.jpg
En cas d’hyperventilation, la respiration est trop rapide et trop profonde. Lorsque vous êtes paisible, vous respirerez beaucoup trop d’oxygène et votre taux de CO2 diminuera. C’est ce qu’on appelle une respiration alcalose. Lors d’un manque de CO2, il y a une vasoconstriction qui laisse apparaître une diminution de l’apport sanguin au cerveau et l’oxygène parvient ainsi moins bien jusqu’aux tissus. Ce qui peut entraîner un certain nombre de phénomènes comme : essoufflement, oppression, boule dans la gorge, sécheresse de la bouche, fourmillements dans les mains et les pieds, jambes qui « dorment », crampes, vertiges, nausées, maux de tête, une mauvaise vue, une vision trouble, une sudation excessive, une sensation de moiteur, une sensation proche de l’évanouissement, un rythme cardiaque plus rapide, des palpitations, une sensation d’oppression, d’étau voire de tension au niveau abdominal, une hypersensibilité aux stimuli environnants et une sensation de panique.

L’hyperventilation peut apparaître comme un phénomène unique qui se produit une seule fois mais cela peut revenir de façon régulière. Dans les cas d’hyperventilation chronique, divers symptômes vagues peuvent survenir alors que l’essoufflement ne sera pas tellement prononcé… ce qui rend le diagnostic difficile à poser.

Les causes ?

L’hyperventilation peut se produire lors de situations de stress intense, d’anxiété voire d’angoisse, après une période particulièrement stressante, après une crise de colère ou de nervosité etc. Une fatigue excessive ou une surcharge de travail ou d’émotions peuvent jouer un rôle. L’organisme fabrique des hormones de stress comme de l’adrénaline…comme s’il se préparait à devoir faire un énorme effort. Vous respirerez plus vite et votre rythme cardiaque sera plus rapide.

Chez les personnes qui souffrent déjà depuis longtemps d’hyperventilation, on constate que les symptômes apparaissent après un effort.
Enfin, la crainte de subir une nouvelle attaque, crise ne manquera pas de donner lieu à une crise. C’est une sorte de cercle vicieux.

L’hyperventilation peut apparaître après une consommation à long terme de caféine. Chez certains patients avec des plaintes, maux et symptômes qui sont comparables à une hyperventilation chronique, on évoque souvent un léger trouble valvulaire cardiaque (prolapsus de la valve mitrale).

Traitement

man--onscherp.jpg
Afin d’éviter une crise d’hyperventilation, il convient de respirer lentement et moins profondément. C’est plus facile à dire qu’à faire…diront les patients. Prenez ainsi 3 secondes pour inspirer et 6 pour expirer. Comptez à l’inspiration : 2,3 puis expirez puis 2,3,4,5,6 puis inspirez 2,3 puis expirez puis 2,3,4,5,6 etc. D’autres méthodes peuvent aider comme par exemple les squats (flexions du genou) ou de lire à haute voix. Essayez aussi de voir qu’elles sont les situations qui génèrent chez vous une certaine tension.

En effet, il se peut que vous ne soyez pas conscient de cette anxiété ou de cette tension mais que vous souffriez des symptômes qui en découlent. Parfois, cela peut aider de noter dans quelle situation ce phénomène d’hyperventilation apparaît. Une crise d’hyperventilation peut être dominée avec une mesure d’urgence : prenez un sac en plastique devant votre nez et votre bouche et respirez dedans. Vous respirerez ainsi l’air qui aura été expiré et qui est riche en CO2. De cette façon, un apport en CO2 en 1 minute et demie… et les plaintes disparaîtront très rapidement. Si vous n’avez pas un sac en plastique sous la main, un tuyau d’arrosage peut également faire l’affaire (environ 50 cm). Lorsque vous inspirez et expirez dans ce tuyau, vous inspirez toujours d’abord l’air qui se trouve encore dans le tuyau donc en fait celui que vous avez précédemment expiré.

En cas de plaintes récurrentes, des exercices respiratoires peuvent être utiles. Ils vous apprendront à respirer par le ventre. Faites l’essai. Asseyez-vous sur une chaise et tentez de respirer via le ventre. En apposant les mains sur le ventre, vous pourrez facilement contrôler votre respiration. Sinon quelqu’un peut vous aider dans cette tâche. Essayez de suivre le rythme suivant : inspirez : 2,3, expirez : 5,6,7,8,9/ inspirez 2,3 et expirez 5,6,7,8,9 etc. A chaque comptage : 1 seconde.

Consultez votre généraliste si vous sentez une oppression au niveau de la poitrine qui ne disparaît pas, si vous être essoufflé, si vous avez une respiration sifflante et pensez qu’il ne s’agit pas d’hyperventilation, si les mesures susmentionnées ont été suivies et qu’elles ne suffisent pas !


publié le : 24/03/2011 , mis à jour le 24/03/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci