Maladies chroniques : et si c’était votre intestin qui fuit ?

Dernière mise à jour: janvier 2022
ad_lekkendedarm2.jpg

news

On parle d'hyperperméabilité intestinale, de porosité intestinale ou de syndrome de l'intestin qui fuit (« intestin passoire ») quand l’intestin laisse passer dans le sang certaines substances néfastes pour notre organisme. Ce phénomène, assez mal connu, serait associé à une liste impressionnante de troubles de santé, comme un éventail de maladies auto-immunes et de symptômes intestinaux, le diabète, l’obésité, la fibromyalgie, l’asthme, les douleurs articulaires, la migraine ou encore la fatigue chronique. Que faut-il savoir ?

Le rôle majeur de l’intestin consiste à absorber les nutriments fournis par l’alimentation, ensuite diffusés à l’ensemble de l’organisme dont ils assurent le bon fonctionnement. Une autre fonction essentielle consiste à dresser une barrière face aux micro-organismes pathogènes et aux composés toxiques qui pourraient circuler dans le système digestif. Lorsque la muqueuse intestinale est altérée, lorsqu’elle n’est plus en mesure d’assurer de manière optimale son rôle de filtre, ces agents nocifs risquent de se retrouver dans la circulation sanguine, provoquant alors des troubles qui peuvent affecter de nombreux organes. On parle alors d’hyperperméabilité de l’intestin, qui devient « poreux ».

Les causes de l’hyperperméabilité intestinale

ad_lekkende darm 4.jpg
Les causes de ce phénomène peuvent être diverses, et elles sont surtout liées à notre mode de vie occidental. En réalité, l’équilibre intestinal est relativement fragile, et (très) sensible à de nombreuses influences. Parmi celles-ci, l’alimentation joue un rôle clé en raison de son effet majeur sur la flore intestinale (le microbiote). Trop de glucides (sucres) ou trop peu de fibres, en particulier, provoquent des déséquilibres néfastes. 

Bien d’autres facteurs peuvent intervenir dans le développement d’une hyperperméabilité intestinale : stress, médicaments (antibiotiques et anti-inflammatoires, en particulier), infections, consommation abusive d’alcool, pollution… Ces mécanismes font l’objet de recherches scientifiques destinées à mieux les cerner et les comprendre, mais on s’oriente assez clairement vers une « maladie de société », typiquement associée au mode de vie occidental, et certainement multifactorielle.

Les conséquences de l’hyperperméabilité intestinale

ad_lekkende darm 3.jpg
Le passage dans la circulation sanguine de composés indésirables (germes, macromolécules, toxines…) peut provoquer une puissante réaction inflammatoire, qui va devenir chronique. Le risque : le développement de maladies allergiques, auto-immunes et inflammatoires. Le spectre est large, de l’asthme à la sinusite chronique, en passant par les intolérances alimentaires, l’eczéma, la polyarthrite et même la prise de poids (obésité). L’hyperperméabilité aurait aussi des effets sur le plan mental, puisqu’on l’associe à des troubles comme la dépression, l’anxiété ou le stress chronique.

En tant que telle, l'hyperperméabilité intestinale ne manifeste pas de symptômes. Lorsque ceux-ci apparaissent, ils sont liés à la cause de la porosité (par exemple une infection) ou à ses conséquences (une maladie) :

  • constipation, diarrhée, ballonnements
  • maux de tête
  • fatigue
  • douleurs intestinales ou articulaires
  • éruptions cutanées
  • aphtes…

Les solutions contre l’hyperperméabilité intestinale

ad_lekkende darm 1.jpg
Le point central consiste à rééquilibrer l’écosystème intestinal, permettant ainsi de restaurer le rôle optimal de filtre de la muqueuse intestinale et de combattre le processus inflammatoire. Pour cela, une correction des comportements alimentaires est fondamentale :
  • davantage de fruits et de légumes, d’aliments fermentés (tempeh, miso, choucroute, kéfir, yaourt…), de grains entiers, d’aliments riches en oméga-3 (poissons gras, noix…), de viande maigre, d’œufs…
  • limitation ou exclusion du gluten, des produits transformés (charcuterie…), des huiles raffinées, des sucres ajoutés, de l’alcool, des produits laitiers gras…

Pour appuyer cette remise en ordre, les probiotiques et les prébiotiques peuvent être d’une réelle utilité, tout comme les acides aminés (de type glutamine). Ces compléments alimentaires agissent directement sur la flore intestinale, et de manière indirecte en influençant notamment la qualité du sommeil et la gestion du stress.

Des préparations spécifiques comme Sanadigest de SanalysLab, véritable cocktail de pré et probiotiques, apportent ainsi tous les nutriments dont vos intestins ont besoin pour former à nouveau une barrière contre les indésirables. Deux capsules par jour pendant trois mois permettent ainsi de restaurer la flore intestinale. Sa formule se digère – et donc est métabolisée par votre organisme – rapidement. Très vite, vous vous sentirez mieux dans votre corps et votre tête. Ne dit-on pas que l’intestin est le deuxième cerveau ?

Source: Communiqué sanalyslab
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram