Cannabis médical : un vrai risque cardiovasculaire ?

Dernière mise à jour: novembre 2021
123-m-cannabis-pil-25-11-21.jpg

news Le cannabis médical (appelé aussi thérapeutique) est de plus en plus utilisé à travers le monde pour soulager les patients, notamment en cas de douleurs chroniques. Mais cet usage pourrait exposer à des risques cardiovasculaires sérieux.

Dans certains pays, le cannabis médical est légalisé, dans d’autres il est interdit, expérimenté ou toléré. En tout cas, à l’échelle planétaire, sa prescription augmente constamment. Manque d’appétit, nausées, troubles du sommeil…, et surtout douleurs : une série d’études ont mis en évidence un effet bénéfique chez certaines catégories de patients, en particulier ceux souffrant de cancer.

Infarctus et AVC

A ce stade toutefois, explique cette équipe canadienne (sous la coordination de l’université Laval), le profil de sécurité du cannabis médical n’est pas bien connu. Les données fournies ici incitent à la plus grande vigilance. Les chercheurs ont calculé la proportion d’admissions aux urgences et d’hospitalisations (province de l’Ontario) en raison d’un événement cardio (infarctus…) ou cérébrovasculaire (AVC…) entre deux groupes : quelque 19.000 patients qui avaient utilisé du cannabis médical, et environ 50.000 personnes aux profils comparables (socio-démographie, habitudes de vie, indicateurs de santé…), mais non usagers du cannabis. Que constate-t-on ?

  • L’incidence des événements cardiovasculaires graves atteint 7,19 par 1000 personnes dans le groupe cannabis et 5,67 par 1000 dans le groupe témoin, soit une augmentation du risque de l'ordre de 44%.
  • L’incidence de tous les événements cardiovasculaires, peu importe leur gravité, est de 28,4 par 1000 dans le groupe cannabis et de 19 dans le groupe témoin, soit une hausse de 47% du risque.

Un appel à la prudence

L’auteur principal de ces travaux commente en substance : « Cette étude ne permet pas d’établir de lien de cause à effet entre le cannabis médical et les problèmes cardiovasculaires, mais elle appelle à la prudence. D’autant qu’il n’existe pas encore de démonstration scientifique de l’efficacité du cannabis médical pour la grande majorité des conditions pour lesquelles il est utilisé. Il est important que les médecins évaluent bien les bénéfices attendus et les risques encourus avant d’en prescrire à leurs patients ».

Et de fait, il serait « hasardeux » d’en admettre l’usage en cas de problèmes cardiaques, et il s'agit à tout le moins d'assurer un suivi très étroit de ces patients. On ajoutera qu’il faut beaucoup se méfier des préparations vendues sur Internet, et absolument éviter l’auto-prescription.

Voir aussi l'article : Cannabis : quels effets réels sur la douleur ?

Source
BMC Cardiovascular Disorders

auteur : Juan Miralles - journaliste santé
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram