Manger des choses non comestibles : le syndrome de Pica, c’est quoi ?

Dernière mise à jour: novembre 2021
Dans cet article
Manger des choses non comestibles : le syndrome de Pica, c’est quoi ?

dossier Avaler de la lessive, de la terre ou des pièces de monnaie : le syndrome de Pica est un désordre du comportement alimentaire. Certaines personnes comme les enfants et les femmes enceintes sont plus touchées par ce trouble. Quelles sont les causes d’un Pica ? Et comment le traiter ? On fait le point.

Une jeune femme blonde au brushing impeccable ouvre un coffret rempli de divers petits objets, attrape une bille en verre, la glisse doucement dans sa bouche puis l’avale. Sur son visage, un léger sourire de satisfaction. « Cela me donne un sentiment de contrôle », explique-t-elle à la psychologue qui s’occupe d’elle. Cette jeune femme c’est Hunter, personnage du film Swallow (avaler, en français) qui met en scène une femme enceinte atteinte du syndrome de Pica, aussi appelé cacophagie.

Pulsions alimentaires étranges

Peu connu car peu fréquent – quoique très probablement sous-diagnostiqué –, le syndrome de Pica est défini par le DSM-5, le manuel diagnostique des troubles mentaux, comme un trouble des conduites alimentaires qui consiste à consommer régulièrement des choses qui ne sont pas des aliments : terre (géophagie), argile, savon, craies, épingles, pièces de monnaie, papier, riz non cuit, cheveux (tricophagie)... On retrouve aussi fréquemment dans le syndrome de Pica une pagophagie : le besoin irrésistible de manger tout ce qui est gelé (glaçons, givre, aliments non décongelés). 

Un diagnostic de Pica ne peut se faire que sur une personne âgée de plus de 2 ans. Avant cet âge, on considère que « mettre à la bouche » tout ce qui est à portée de l’enfant est normal, puisque faisant partie de son développement. Autre limite au diagnostic : lorsque l’ingestion de certains éléments, comme la terre ou l’argile, s’inscrit dans des traditions culturelles ou religieuses. Enfin, on ne pose un diagnostic de syndrome de Pica que si le trouble dure depuis plus d’un mois. 

« Pica » est le mot latin pour « pie ». Le mot a été choisi en référence au comportement de cet oiseau qui ramène dans son nid tout et n’importe quoi. 

Lire aussi : L'histoire incroyable d'un homme tirelire

Le Pica, c’est dangereux ?

123-ijsblokjes-12-11-21.jpg
Un syndrome de Pica peut parfaitement passer inaperçu. Il ne gêne pas le fonctionnement social, et si la personne qui en souffre ne rencontre pas de soucis de santé, elle peut vivre toute sa vie en mangeant du savon par exemple, sans signal d’alerte. 

Mais il arrive que les objets ou substances ingérées mettent la santé en danger. Les principaux risques sont l’obstruction ou la perforation du tube digestif, l’intoxication à certains métaux lourds comme le plomb, l’étouffement, l’empoisonnement ou encore la transmission de parasites. D’autres complications comme une constipation, une abrasion des dents, des vomissements et des maux de ventre peuvent apparaître. 

Enfin, certaines substances consommées comme la terre ou l’argile peuvent interférer avec la bonne absorption de nutriments comme le fer. La personne atteinte peut donc souffrir d’une perte de poids et/ou de carences nutritionnelles. 

Lire aussi : Une énorme boule de cheveux dans son estomac

Quelles sont les causes d’un syndrome de Pica ?

Comme de nombreux troubles du comportement, la cacophagie est difficile à expliquer. Plusieurs facteurs favorisant l’apparition de ce trouble obsessionnel compulsif sont avancés : des carences en certains nutriments, comme le fer ou le calcium, des troubles gastro-intestinaux, des troubles psychologiques comme de l’anxiété, des troubles affectifs ou de l’image de soi (souvent le cas chez l’enfant et l’adolescent), des troubles mentaux comme la schizophrénie, l’autisme, un déficit intellectuel, une démence... 

Le syndrome de Pica semble plus fréquent chez les enfants, chez lesquels il peut se manifester quelques mois puis disparaître spontanément. 

Un Pica peut aussi apparaître lors de certains états spécifiques comme la grossesse. De nombreuses femmes enceintes, qui n’avaient pas forcément rencontré de troubles alimentaires jusqu’à leur grossesse, ressentent soudainement des envies irrépressibles de manger du savon, de la lessive, de lécher les murs de leur garage ou de croquer des glaçons. En 2015, une jeune maman avait fait le buzz dans un article du Daily Mail en posant avec une bouteille de savon liquide dans une assiette. La jeune femme avouait ingérer jusqu’à deux flacons de savon par jour. Dans le cas d’un Pica lié à la grossesse, le trouble disparait généralement de façon spontané, après l’accouchement. Des perturbations hormonales, mais aussi une carence en fer ou en calcium sont souvent mises en cause dans l’apparition du trouble chez la femme enceinte. 

Traiter la maladie de Pica

Il n’existe pas de traitement unique du syndrome de Pica. Une fois diagnostiqué, la prise en charge du trouble peut être pluridisciplinaire. Selon les cas, il peut être décidé de ne rien faire – le temps de voir si le trouble disparaît spontanément, chez les enfants ou les femmes enceintes notamment – ou au contraire de mettre en place un traitement visant à modifier le comportement, via une thérapie cognitivo-comportementale ou TCC, par exemple. 

Une analyse de sang et, selon les cas, des examens médicaux plus approfondis seront prescrits afin de traiter, le cas échéant, des carences nutritionnelles et autres complications de santé (constipation, occlusion intestinale...). 

Si vous souffrez d’un syndrome de Pica, ou si vous suspectez une personne de votre entourage d’en souffrir, consultez votre médecin généraliste qui vous orientera vers un spécialiste. Si vous êtes enceinte, parlez-en à votre gynécologue ou votre sage-femme qui pourront vérifier l’innocuité des substances ingérées pour la bonne poursuite de votre grossesse. 

En 2020, le film Swallow a permis de faire connaître le syndrome de Pica (ici pendant la grossesse) en mettant en scène un personnage en souffrance. Une sensibilisation du grand public à un trouble peut-être plus fréquent qu’on ne le pense. 

auteur : Amélie Micoud - journaliste santé
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram