Interview : les confidences saines et gourmandes de Charlotte Collard

Dernière mise à jour: octobre 2021
CharlotteCollard-OK.JPG

livre / interview Après avoir travaillé aux quatre coins du monde comme mannequin, Charlotte Collard a posé ses valises à Bruxelles. Avec son compte Instagram Charlotte’s Kitchen, elle régale ses 82 000 abonnés de ses coups de cœur gourmands et de ses recettes, superbement mises en scène et souvent préparées avec les plus grands chefs. Malgré un agenda très rempli, elle a pris le temps de répondre à nos questions.

Vous avez commencé votre carrière dans le mannequinat à 16 ans et avez vite quitté la Belgique pour New-York. Quels rapports entreteniez-vous alors avec la nourriture ?

« Comme tous les mannequins, je ne mangeais quasiment rien ! Ce n’était pas de l’anorexie, c’était simplement mon job qui voulait ça et je voulais continuer à exercer le métier que j’aimais. Je faisais du sport tous les matins et je me nourrissais de pommes et légumes vapeur. Le régime cigarettes et coca light, même à cette époque, ce n’était pas pour moi. Enfant, j’ai eu la chance de passer mes vacances chez mon grand-père, au Canada. Il cultivait ses légumes, faisait son pain et ses yaourts... J’ai eu très tôt le goût de la nourriture saine. »

Comment vous est venue l’idée d’un compte Instagram où vous cuisineriez, avec la particularité d’être toujours super chic ?

« Contrairement à ma maman qui nous faisait à manger mais n’y prenait pas de plaisir particulier, j’ai toujours aimé ça. Je suis convaincue que l’on peut se faire plaisir à table tout en mangeant sainement. Mais j’aime toujours la mode, alors pourquoi ne pas allier les deux ! »

Vous avez des jumelles de 11 ans et demi et une fille de 9 ans. Ont-t-elles traversé la fameuse phase où les enfants ne se nourriraient que de coquillettes et de jambon ?

« Nous sommes de grands amateurs de pâtes à la maison mais non, elles n’ont pas eu ce genre de période. Elles ont toujours mangé de tout. Mais je ne les ai jamais forcées à finir leur assiette. J’ai veillé à ce qu’elles apprennent à respecter leur signaux de satiété en leur demandant « Il dit quoi ton petit ventre ? Il a encore faim ? ». Je pense que le fait de ne pas leur mettre de pression les a aidées à avoir un rapport sain à la nourriture et pas un rapport un rapport émotionnel, comme ont beaucoup de personnes. Les enfants savent instinctivement ce dont ils ont besoin. »

Des interdits alimentaires à la maison, dans vos placards ou votre frigo ?

« Aucun. Elles savent à quel point les excès de sucre ou de sel peuvent être mauvais pour la santé mais je les laisse responsables de leur choix. En tant que maman, les messages les plus importants que je veux leur transmettre, c’est de savoir choisir et de savoir s’écouter. Sinon, j’ai des réflexes de grand-mère comme je dis. Acheter des produits de la meilleure qualité pour les rendre intolérantes au mauvais. Ne jamais rajouter de sucre et éviter les produits transformés. Mieux vaut par exemple acheter des yaourts nature et ajouter des vrais morceaux de fruits, de la compote, du miel... Et quand on fait des gâteaux, réduire systématiquement de 50% à 70% les quantités de sucre proposées dans la recette. »

Quels sont vos conseils pour conserver une silhouette dans laquelle on se sent bien ?

« Déjà, il faut oublier le mot régime. Il sous-entend une notion de perfection et engendre bien trop de pression, de frustration. Je préfère parler de nouvel équilibre alimentaire. C’est comme le mot bonheur, auquel je préfère le mot joie. Et donc pour être bien dans son corps, je pense qu’il faut avant tout être bien dans sa tête. Ensuite, le secret est de manger un peu de tout, en petites quantités. Et le soir, quand on est à la maison, de prendre l’habitude de manger léger. Un plat vegan, une soupe, c’est suffisant. »

Et vos conseils pour manger sainement, sans y investir trop de temps ou d’argent ?

« Il faut se concentrer sur des aliments de saison et de qualité, en essayant d’acheter chez les producteurs et les artisans. Oublier les produits transformés, qui ne sont bons ni pour le budget ni pour la santé. Veiller aussi aux modes de cuisson. Acheter bio, c’est bien, mais si on fait trop cuire les aliments, on gâche leurs qualités nutritionnelles. Un bon investissement est une machine à vapeur. Ainsi on ne dépasse pas les 80°C - 100°C. Une astuce aussi est par exemple de faire cuire à l’avance pour trois jours de riz. On peut ensuite l’accommoder de différentes façons, au moins il est déjà prêt. Mais encore une fois, l’essentiel est de prendre un maximum de plaisir à cuisiner puis à manger, en privilégiant la qualité à la quantité. »

Ses projets. Vous pourrez retrouver Charlotte Collard du 14 au 18 février 2022 sur France 5, dans C à vous, où elle officiera comme chef invitée.

auteur : Aurélia Dubuc - journaliste santé
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram