Alcool et delirium tremens : cause, symptômes, traitement

Dernière mise à jour: septembre 2021
123-man-bed-slaapprobl-stress-07-18.jpg

news Le delirium tremens est une forme grave de sevrage alcoolique qui survient généralement après de longues périodes de consommation excessive d'alcool. Traduit littéralement, le delirium tremens désigne une période de confusion aiguë (délire) au cours de laquelle les bras, la langue et souvent même le corps entier sont secoués de tremblements.

Le fonctionnement du cerveau est perturbé au point d’affecter à leur tour les systèmes circulatoire et respiratoire. On estime qu'environ 1 personne sur 20 en sevrage alcoolique présente des symptômes de delirium tremens, potentiellement fatal sans traitement médical.

Le delirium tremens ne se produit généralement pas tant qu’on consomme de l’alcool, mais 24 à 72 heures après l’arrêt complet. Il peut durer jusqu'à trois jours. Il ne survient qu’exceptionnellement en cas de réduction de la consommation de boissons alcoolisées.

Symptômes

Après un arrêt brutal de l'alcool, le cerveau ne peut pas immédiatement s'adapter correctement et la pression artérielle peut augmenter, le pouls s'accélérer et la température corporelle s'élever. On transpire et le visage rougit. On peut être sérieusement désorienté, nerveux, en colère ou hyperactif. Il existe aussi un risque de déshydratation. La gravité des symptômes varie : le soir et la nuit, ils sont généralement plus marqués. La journée, la confusion peut disparaître complètement.

Une personne qui souffre de delirium tremens présente des troubles du sommeil sévères. Cette insomnie, combinée à l'agitation constante, est épuisante. On voit ou on sent souvent des choses qui n'existent pas, comme de petits animaux sur le corps ou sur les murs. C'est pourquoi dans l’imaginaire populaire, le terme « delirium tremens » est souvent associé aux hallucinations, et ces fameux éléphants roses...

Traitement

Etant donné les risques sérieux pour l’intégrité physique, il est important de traiter le delirium tremens dans une unité médicale, afin que les fonctions vitales soient surveillées en permanence. Le patient reçoit des benzodiazépines (pour calmer) et des apports liquides par voie intraveineuse (pour maintenir les niveaux d'électrolytes et prévenir la déshydratation). Des médicaments antipsychotiques peuvent être administrés pour combattre l'irritabilité et les hallucinations.

Après le traitement médical, une thérapie cognitivo-comportementale peut être utile pour soutenir la sobriété. Des groupes de soutien (comme les Alcooliques Anonymes) peuvent aider à prévenir les rechutes.

Voir aussi l'article : Alcool : le test pour savoir si vous avez un problème

Source: Sara Claessens - journaliste santé
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram