Piqûre d’araignée ? C’est très peu probable…

Dernière mise à jour: août 2021

dossier Lorsqu’un bouton ou une rougeur ne ressemblent pas à nos piqûres de moustique habituelles, on a tendance à les accuser un peu vite. Pourtant, les araignées ne mordent que rarement, en tout cas dans nos contrées. Explications.

Il existe un peu plus de 42.000 espèces d’araignées connues à l’heure actuelle dans le monde. Environ 1600 sont répertoriées en France et 700 en Belgique. Chaque année, on découvre de nouvelles espèces. Parmi celles présentes dans nos contrées, une petite dizaine seraient capables de nous mordre. Mais avant d’en arriver là, les araignées ont plus d’un fil à leur toile pour éviter d’avoir à le faire et préfèrent garder leur venin pour leurs proies.

Les araignées mordent rarement l’homme

123-HD-angst-fobie-spin-11-17.jpg

« Les araignées ne piquent pas, elles mordent avec leurs deux chélicères », nous rappelle Léon Baert, arachnologue de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. « La morsure se reconnaît par la présence de deux petits points rouges très proches l'un de l'autre. Une araignée ne mord jamais un être humain d’elle-même, mais seulement quand elle est agressée. »

Eh oui ! L’araignée utilise son venin principalement pour neutraliser et liquéfier ses proies. Or, l’être humain n’est certainement pas une proie pour l’araignée, qui lui préfère des petits insectes ou même ses congénères, puisque l’araignée est cannibale.

De rares cas de morsures dangereuses en Europe du Nord

Presque toutes les espèces d’arachnides sont venimeuses. Mais très peu d’espèces sont dangereuses pour l’homme. Ce sont principalement les araignées brunes et les araignées veuves, dont la fameuse veuve noire, qui peuvent vous embêter si elles venaient à vous mordre. Elles ne sont pas (ou peu) présentes sous nos latitudes, mais depuis une dizaine d’années, les médias ont rapporté quelques cas de morsures d’araignée violoniste, d’araignée recluse et de veuve noire dans l’est de la France et sur le pourtour méditerranéen. Les araignées brunes provoquent des morsures dites nécrosantes, quant aux veuves, leur venin est neurotoxique.

On dénombre entre 1 à 5 cas mortels dans le monde par an, dont la majeure partie aux États-Unis. « Leur venin peut tuer un lapin, mais aucune araignée n’est tueuse », explique l’aranéologue Christine Rolland dans un podcast de France Culture. « Un humain peut réchapper à une morsure sans aucun problème et les symptômes s’estompent en général en 2 - 3 jours. Le risque vital a lieu en cas de réaction allergique des patients qui ont été mordus. Mais on meurt bien plus des piqûres de moustique et de serpents. (...) En France, il n’y a jamais eu de cas mortel avéré à ce jour. »

Mordre un humain ? Un parcours du combattant pour l’araignée

123-dieren-spin-nacht-10-17.jpg

Car avant d’en arriver là, l’araignée aura essayé plusieurs subterfuges pour sauver sa peau. Si elle se sent en danger, elle aura pour premier réflexe de fuir à toutes pattes. Si elle n’a pas réussi à disparaître de votre vue (ce moment que les arachnophobes redoutent tant) et que vous l’embêtez, elle fera la morte en se recroquevillant sur elle-même. Si vous insistez, elle se dressera en levant ses pattes avant, en position d’intimidation.

Après toutes ces tentatives, si et seulement si vous êtes en contact physique avec elle, qu’elle est coincée, et qu’elle en a la capacité, alors l’araignée peut vous mordre... Pour autant qu’elle puisse le faire, car dans la majorité des cas votre peau est bien trop dure pour ses chélicères. Et quand bien même elle y parviendrait, dans un cas sur deux la morsure est « blanche », c’est-à-dire que l’animal n’injecte pas de venin.

Ce qui peut se passer

Les cas de morsures avérés se produisent en général lorsque l’araignée se retrouve piégée, par exemple dans un vêtement, les draps d’un lit ou un sac de couchage. Elle ne peut alors s’échapper et tente le tout pour le tout pour se défendre. Rassurez-vous, la probabilité de retrouver la petite bête à 8 pattes dans vos draps est faible, l’araignée préférant les endroits tranquilles où elle pourra capturer des insectes. Quant au scénario de la morsure pendant que vous dormez tranquillement, notre amie l’araignée - si tant est qu’elle parvienne déjà jusqu’à vous - préfèrera fuir et économiser son précieux venin.

En Belgique, deux cas de morsures d’araignée violoniste ou recluse ont été rapportés ces dernières années. Dans le deuxième cas, la responsabilité de cette araignée n’a pas été avérée. Mieux vaut donc se garder d’accuser cette espèce - qui n’est pas censée vivre dans le nord mais qu’on peut rencontrer dans le sud de la France - un peu trop vite. Tant que l’animal n’a pas été retrouvé, le doute est permis. La nécrose des tissus touchés peut en effet être due à une infection plus banale comme un staphylocoque doré. Un diagnostic erroné de morsure d’araignée pourrait avoir des conséquences potentiellement graves, en éloignant d’un autre problème médical.

Dormez sur vos deux oreilles donc, notre bonne vieille tégénaire des maisons est inoffensive. Et les coupables de ces petits boutons sont certainement à chercher ailleurs... Du côté de ces insectes que les araignées sont justement occupées à capturer.

Saviez-vous que...

123-p-spin-spinneweb-170-1.jpg

• Les œufs pondus sous la peau sont une légende urbaine : l’araignée ne pond pas d’œufs sous la peau, tout simplement parce qu’elle ne dispose pas d’organes perforants.

• Avaler des araignées en dormant est une autre légende urbaine. En réalité, c’est pratiquement impossible.

• Les araignées ne sont pas des insectes, mais des arachnides. Comme les scorpions et les acariens.

• Il y a des mygales en France ! Mais qui dit mygale ne dit pas forcément araignée poilue de la taille d’un hamster. Il existe des mygales de petite taille. En France, elles mesurent 1,5 à 2 cm maximum et vivent cachées dans le sol.

• Les araignées émettent des sons, qu’on appelle stridulations, non audibles par l’oreille humaine.

• On connait les protéines qui constituent la soie produite par les araignées pour tisser leur toile. Les scientifiques sont parvenus à reproduire sa solidité, mais pas son élasticité. La soie des araignées reste donc un mystère.

Source: Amélie Micoud - journaliste santé
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram