5 idées fausses sur les risques de cancer de la peau

Dernière mise à jour: juillet 2021
123-oz-dr-huiscaa-melanoom-08-17.jpg

news Euromelanoma, le réseau européen d'information sur les cancers de la peau, insiste sur la recrudescence du nombre de cas de mélanome malin et sur les retards de diagnostic en raison de la crise Covid-19. Euromelanoma sensibilise aussi contre 5 idées reçues concernant la peau, les protections solaires et le cancer cutané.

En cas de cancer de la peau, la précocité du diagnostic est d'une extrême importance afin d'augmenter les chances de guérison, en particulier en cas de mélanome malin, le type le plus agressif de cancer cutané. Or, les dermatologues constatent qu'une forte proportion de patients s'adresse à eux alors que la maladie se trouve à un stade avancé. Les contraintes imposées par la crise de Covid-19 ont sans doute accentué ce phénomène : il est essentiel que chacun fasse preuve d'une grande vigilance.

Dans ce contexte, il est important de faire le point sur un certain nombre d'idées reçues aux conséquences potentiellement (très) dangereuses.

A l’ombre ou par temps couvert = pas besoin de protection solaire

Même par temps couvert, les ultraviolets (UV) peuvent nuire à la peau. Et si les rayons du soleil frappent plus faiblement à l’ombre, ils restent bien présents, et donc dangereux. Chapeau et crème solaire sont vos meilleurs alliés.

Pas de banc solaire = pas de cancer de la peau

Les personnes qui font du banc solaire sont plus à risque de développer un cancer de la peau, mais elles n'en ont pas la triste exclusivité. D'autres situations augmentent le danger, qu'il s'agisse d'activités professionnelles ou de loisirs pratiquées souvent ou tout le temps en extérieur. Parmi d'autres facteurs, on relève la prédisposition génétique et le phototype (le type de peau : les roux ou les teints clairs sont plus à risque de coup de soleil et donc de cancer de la peau).

Peau jeune = pas de risque de cancer

Les coups de soleil subis à un jeune âge augmentent le risque de cancer cutané à l’âge adulte. Mais le cancer de la peau n'affecte pas que les seniors et les personnes âgées, il peut toucher les jeunes adultes. En cas de tache suspecte sur la peau, parlez-en à votre médecin généraliste ou à un dermatologue.

Derrière une vitre = aucun danger pour la peau

Une partie des ultraviolets passe à travers la vitre de la maison, du bureau ou de la voiture et ils peuvent endommager la peau. En effet, si le verre filtre les UVB, ce n'est pas le cas des UVA. Ils peuvent provoquer un coup de soleil.

Peau foncée = moins de crème solaire

Ce n’est pas parce que vous avez la peau mate ou foncée et que vous produisez dès lors plus de mélanine (qui pigmente et colore la peau) que le risque est écarté. Les peaux foncées ont également besoin d’une protection solaire anti-UV. L’application se déroule au même rythme que pour une peau claire, c'est-à-dire toutes les deux heures. L'indice de protection (SPF) peut être moins élevé, mais il faut quand même faire attention.

Voir aussi l'article : Cancer de la peau : il n'y a pas que le mélanome malin

Source: Barbara Simon - Euromelanoma (www.euromelanoma.org)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram