Quels cancers seront les plus meurtriers dans l’avenir ?

Dernière mise à jour: juin 2021
123m-kanker-cel-11-3.jpg

news L’incidence des différents types de cancers n’est pas figée : certains baissent, d’autres augmentent. Comment la situation pourrait-elle évoluer d’ici 2040, en termes de fréquence et de mortalité ?

Ces projections épidémiologiques reposent sur des données statistiques nombreuses et complexes observées sur de longues périodes et qui permettent, indique cette équipe américaine (Cancer Commons), d’avancer des estimations plausibles de l’évolution des cancers durant les deux prochaines décennies.

Recherche, dépistage, prévention

L’intérêt de ce travail ? Proposer un outil majeur pour anticiper les conséquences en termes de santé publique, investir dans des recherches plus ciblées, améliorer la qualité des soins, déployer des politiques de dépistage, renforcer les messages de prévention… : autant d’axes déterminants. A quoi peut-on s’attendre en termes d’incidence ?

Chez les hommes. D’ici vingt ans, le mélanome (et les cancers de la peau d’une manière générale) devient le cancer le plus fréquent, devant les tumeurs de la vessie et du rein, et le cancer colorectal. A noter : les cas de cancer de la prostate devraient baisser sensiblement.

Chez les femmes. Le cancer du sein reste en tête, suivi du cancer du poumon, du cancer colorectal et celui de l’utérus.

Dans les deux sexes. Hommes et femmes confondus, le cancer du sein est le type de cancer dont l’incidence sera la plus élevée, devant le mélanome, le cancer du poumon et le cancer colorectal.

Concernant la mortalité, le cancer du poumon devrait rester la cause majeure de décès par cancer dans l’ensemble de la population, suivi du cancer du pancréas, du cancer du foie et des voies biliaires, du cancer colorectal et du cancer du sein. Cette mortalité peut être associée à l’agressivité extrême du cancer (cancer du pancréas, en particulier), à sa fréquence (cancer du sein…), ou aux deux (cancer du poumon…).

Chacun peut réagir

Les chercheurs se sont plus spécifiquement intéressés à une tranche d’âge jeune, les 20 - 49 ans, et en termes de fréquence, les cancers les plus diagnostiqués seraient le cancer du sein, le cancer colorectal, celui de la thyroïde et le cancer du rein. Le plus meurtrier dans cette tranche d’âge devrait être le cancer colorectal, suivi par le cancer du sein, le cancer du poumon et celui du cerveau.

Ainsi que l’explique le Dr Pierre Margent (Journal international de médecine), « ce travail suggère donc qu’à l’horizon 2040, le paysage en cancérologie se trouvera profondément modifié tant en termes d’incidence que de mortalité des principaux cancers ». Ces observations invitent aussi chacun d'entre nous à réfléchir à notre attitude en matière de prévention (tabagisme pour le cancer du poumon, exposition aux rayons UV pour le mélanome, alcool et alimentation pour le cancer du foie…) et de dépistage (cancer du sein, cancer du côlon, mélanome...).

Voir aussi l'article : Vidéo - Quelle alimentation contre le cancer ?

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram