Sexualité : l’effet très négatif d’un mauvais sommeil

Dernière mise à jour: juin 2021 | 2782 visites
123-koppel-bed-psy-vr-170-7.jpg

news Une qualité de sommeil insuffisante influence de nombreux paramètres santé et bien-être. Il en va ainsi de la sexualité, en particulier chez les femmes.

Idéalement, un adulte devrait dormir entre 7 et 9 heures par nuit. Une insuffisance ponctuelle de sommeil ne pose pas d’énormes problèmes, juste de la fatigue physique et mentale le jour qui suit. Par contre, un déficit chronique peut avoir des conséquences sévères : psychologiques, métaboliques, cardiovasculaires, neurologiques… En cas de troubles persistants, il est vraiment nécessaire d’en parler à un médecin, afin de cerner les causes possibles et d’élaborer une prise en charge personnalisée.

Un dysfonctionnement sexuel significatif

Une équipe américaine (Mayo Clinic) s’est intéressée à l’association entre le sommeil et la sexualité, ici chez les femmes. L’enquête a regroupé quelque 3500 participantes. Le résultat le plus frappant indique qu’une mauvaise qualité de sommeil augmente de 48% le risque de présenter un dysfonctionnement sexuel significatif. Cela va du trouble du désir sexuel (baisse de la libido) à des difficultés à atteindre l’orgasme, en passant par des douleurs lors de la pénétration.

Les causes possibles ? La première qui vient à l’esprit est la fatigue, bien sûr. Une journée professionnelle et familiale chargée qui suit une mauvaise nuit ne crée par les meilleures conditions pour les ébats amoureux, d’autant que cette fatigue s’accumule jour après jour. Sur un autre plan, un sommeil de qualité insuffisante peut accentuer le développement d’une anxiété et d’une dépression, avec des répercussions physiques et mentales qui affectent la sexualité.

Chez les hommes aussi

Parmi d’autres liens possibles, certains spécialistes évoquent les effets de l’insomnie sur l’équilibre hormonal, avec une altération du désir sexuel. Dans ce contexte, le cap de la ménopause constitue une étape à risque. On ajoutera que d’autres études ont mis en évidence une association néfaste similaire chez les hommes, le mauvais sommeil pénalisant le désir et la fonction érectile.

Pour les unes comme pour les autres, le même conseil s’applique : ne restez pas sans réagir si vous constatez que vos troubles du sommeil ont tendance à devenir chroniques.

Voir aussi l'article : Sexualité : quel effet de l’âge chez la femme ?

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.