ad

Fasciathérapie : c’est quoi et pour qui ?

Dernière mise à jour: avril 2021 | 5404 visites

dossier La fasciathérapie est l’une des thérapies manuelles les plus récentes pour le traitement de la douleur, du mouvement et des troubles fonctionnels. La nouveauté de cette méthode est qu’elle propose un « package total » : si nécessaire, l'approche physique des symptômes - à la fois aigus et chroniques - s'accompagne d’une approche psychologique.

Le travail porte sur l'individu dans tous ses aspects : moteurs, psychologiques et comportementaux. La fasciathérapie est une forme douce de traitement, centrée sur la personne et non contraignante. Elle est pratiquée par des kinésithérapeutes spécialisés.

Que signifie fascia ?

123-h-fascia-macro-03-21.jpg
Fascia est le nom latin de l’aponévrose, une membrane du tissu conjonctif. Notre tissu conjonctif ressemble à une sorte de barbe à papa collante, mais c'est une partie très importante de notre corps : il représente 98% de notre masse totale. De la tête aux pieds, notre « intérieur » est complètement entrelacé avec lui, un peu comme les filaments d’une orange. C'est un réseau couvrant tous les muscles, articulations, os, nerfs, vaisseaux sanguins et organes… Il enveloppe toutes les parties du corps et les relie en une unité. Il permet également à nos organes d’interagir. Chaque type de tissu a son propre fascia qui relie toutes les couches et structures de notre corps comme des élastiques mobiles.

Jusqu'en 1980, on pensait que le tissu conjonctif ne servait qu'à soutenir mécaniquement tous les éléments de notre corps, à les protéger contre la pression, à se connecter les uns aux autres, à les garder flexibles et à leur permettre de se déplacer sans frottement. C’était même un élément dérangeant pour les anatomistes, qui devaient le retirer pour exposer pleinement nos organes, nos os et nos muscles. Au cours des dernières décennies, le Pr Danis Bois, actuellement professeur à l'université de Porto, a révélé que le fascia était bien plus qu'un support, une « huile mécanique » et un remblai. Il a en effet découvert qu'il joue un rôle crucial dans la façon dont nous fonctionnons, à la fois physiquement et psychologiquement.

Tout comme le système nerveux autonome et le système endocrinien, le fascia influence de nombreux mécanismes de notre corps : tension musculaire, schéma de mouvements, circulation sanguine, équilibre hormonal. Il joue également un rôle dans notre réflexion et notre action, notre humeur et notre stress. Il occupe donc une position clé dans le développement de toutes sortes de troubles et de symptômes.

Les trois types de fascia

Il existe trois couches de fascia : sous-cutanée, profonde et interne.

Le fascia sous-cutané (fascia superficiel) retient la graisse corporelle et l'eau et assure le passage des nerfs et des vaisseaux sanguins. Dans certaines parties du corps, il enveloppe les muscles qui permettent à notre peau de bouger.

Le fascia profond permet le passage des nerfs et des vaisseaux sanguins, il aide nos muscles de bouger, et dans certaines parties du corps, il contribue à absorber les chocs et renforcer l'attachement musculaire.

Le fascia interne comble les espaces entre les organes. Il permet le mouvement de nos organes et il donne de la souplesse à notre corps.

Le principe de base

La fasciathérapie suppose que le tissu conjonctif crée un lien entre notre corps et notre esprit, car la tension du fascia est influencée par le système nerveux autonome. Plus nous sommes stressés ou en difficulté psychologique, plus la pression sur notre tissu conjonctif est élevée et moins il devient flexible. Dans cette optique, le fascia est la connexion entre notre corps et notre psyché (notre esprit). C'est un réseau élastique actif et réactif qui tente de s'adapter au stress émotionnel auquel notre corps doit faire face, mais qui perd sa résilience naturelle lorsqu'il est surchargé.

La charge mentale a une influence sur notre fascia, mais la surcharge physique provoque également le raidissement de notre tissu conjonctif. Et c'est précisément la cause de nombreux symptômes comme des blocages structurels aux articulations ou aux muscles. Lorsque le système biologique, endocrinien ou neurologique est perturbé par des déraillements dans notre corps, nous ne fonctionnons plus correctement. Physiquement, cela se manifeste par des troubles de la circulation sanguine et du drainage, par une inflammation chronique, par un tonus musculaire inadapté… Psychologiquement, cela s'exprime par un sentiment général de malaise, des sautes d'humeur et une perception négative, en conséquence de quoi des informations négatives sont envoyées dans toutes les directions - du cerveau au corps et du corps au cerveau -, entraînant le patient dans une spirale délétère.

En quoi ça consiste ?

123-h-fasciarol-03-21.jpg
Pour libérer les champs de tension qui - consciemment ou inconsciemment - sont apparus dans notre corps, les fascias sont stimulés de manière douce et respectueuse. Cette méthode de traitement est personnelle et elle peut consister en un traitement manuel, une thérapie par l'exercice, une introspection et éventuellement une conversation thérapeutique. Pour les symptômes purement physiques, les deux premières étapes sont suffisantes. Pour les symptômes plus complexes liés au stress ou avec un lien psychologique, les autres étapes sont abordées. Le but du traitement est de sensibiliser le patient à ce qui se passe dans son corps et à lui faire découvrir de nouvelles possibilités de mouvement afin qu'il retrouve sa vitalité et se détende. Le pouvoir d'autorégulation de l'organisme est abordé avec pour résultat un nouvel équilibre.

La manipulation manuelle

Le thérapeute effectue des actions manuelles douces sur des zones spécifiques du corps pour l'explorer et ressentir la tension dans les tissus. Il cherche les résistances et libère les blocages. Par ses actions, un mouvement est provoqué dans le tissu. Le patient est invité à se concentrer sur ses tensions et sur ce qui le détend.

La thérapie par l'exercice

Lorsque les blocages dans le corps ont été libérés, le patient est invité à bouger lentement son corps - parfois à l'aide d'un rouleau en mousse - afin que les structures libérées soient réintégrées dans l'ensemble. De cette manière, il se familiarise avec sa nouvelle mobilité. Ici aussi, on lui demande de bien ressentir les choses pour qu'il apprenne à gérer sa mobilité retrouvée et à maintenir un meilleur contact avec lui-même. La fasciathérapie a non seulement un effet cicatrisant, mais aussi un effet formateur.

L'introspection et la conversation thérapeutique

Tant pendant qu'après le traitement, les expériences du patient sont approfondies afin qu'il prenne conscience de l'influence mentale qu'il peut exercer sur son corps et sa santé. Les expériences qu'il a acquises au cours de la thérapie lui permettent de découvrir ses imperfections et de se motiver à prendre les choses en main.


Un fasciathérapeute : « Nous écoutons tout ce que le patient nous dit, mais surtout ce que son corps exprime. Les patients s'allongent sur la table de traitement. Nous plaçons nos mains dessus et nous déplaçons les zones immobiles au moyen de petites pressions, profondes ou non. La pression de la main est très progressive et permet de toucher le corps en profondeur ».

Pour quels symptômes pouvez-vous consulter un fasciathérapeute?

123-h-fasciather2-03-21.jpg
Troubles du système musculo-squelettique

• douleurs au dos et au cou
• troubles musculaires et articulaires
• arthrose

Troubles fonctionnels

• migraine et maux de tête
• constipation et problèmes digestifs
• fatigue
• perturbations de sommeil
• problèmes de respiration
• syndrome de fatigue chronique (SFC)
• fibromyalgie

Bébés et enfants

• reflux et troubles du sommeil
• problèmes de croissance
• anxiété et hyperactivité
• peur de l'échec

Accompagnement

• prévention du stress
• peurs et problèmes de concentration
• manque de confiance en soi et d’assertivité
• dépression et épuisement professionnel

Soutien

• optimisation des performances sportives
• soulagement de la douleur
• conseils en matière de grossesse

Lorsque le fascia est correctement stimulé, cette thérapie est sans danger. Mais il existe un certain nombre de contre-indications comme la fièvre, l'insuffisance cardiaque sévère ou l'inflammation. Ceux qui prennent des anticoagulants en parleront d'abord avec leur thérapeute.

Conclusion

La fasciathérapie traite à la fois les plaintes locales et générales de nature physique et psychologique. Elle se pratique au moyen de techniques qui activent les systèmes physiologiques internes du corps. Les maîtres mots de cette thérapie totale sont douceur, lenteur et précision. L'objectif est de parvenir à un processus de guérison complet et durable dans lequel le patient apprend à prendre le contrôle et à devenir le plus possible indépendant de la thérapie.

Source: Hilde Deweer - rédactrice lifestyle / Fascia.be (https://fascia.be/fr)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub