La prononciation permet-elle de savoir si on nous ment ?

Dernière mise à jour: mars 2021 | 2144 visites
123m-koppel-praten-23-5.jpg

news La manière dont une personne prononce un mot ou une phrase peut permettre de déceler si elle dit la vérité ou s’il s’agit d’un mensonge. Quels sont les paramètres qui font la différence ?

Une équipe française (CNRS) s’en intéressée à ces signatures vocales qui nous permettent de déterminer « instinctivement » si un interlocuteur est digne de confiance lorsqu’il s’adresse à nous. Les chercheurs ont eu recours à des logiciels informatiques pour créer des versions différentes d’un nombre considérable de combinaisons de sons. Ils les ont fait écouter à des participants qui devaient indiquer si ce qu’ils entendaient leur paraissait fiable ou non. Exemple. Quelle est la capitale de la Belgique ? Une personne sûre d’elle prononcera « Bruxelles ! » avec une intensité forte au milieu du mot, une diction rapide et une hauteur qui descend à la fin du mot. Une personne peu confiante ou qui ment prononcera « Bruxelles… » avec un ton ascendant, peu d’intensité dans la voix et une diction plus lente. Il s’agit bien sûr d’une simplification extrême, mais qui donne une bonne idée du principe.

Le mensonge exige un effort mental

Dans un premier temps, les tests ont été réalisés en français, et leurs résultats ont été confirmés dans d’autres langues, comme l’espagnol et l’anglais. Ainsi que l’explique en substance le coordinateur de ces recherches, cité par Sciences et Avenir, lorsqu’une personne manque de confiance dans sa réponse, nous percevons qu’elle réalise un effort de réflexion, ce qui se traduit dans sa prononciation. Idem pour le mensonge, qui exige un effort mental puisque deux « réalités » coexistent dans le cerveau. Cette perception est quasiment automatique, et parfois on ne se rend même pas « consciemment » compte que quelque chose cloche.

De fait, les excellents menteurs, qui ne manquent pas d’aplomb, sont plus difficiles à déceler surtout s’ils ont pu préparer leur histoire. Les incohérences même minimes dans le propos deviennent alors des indices plus déterminants que l’intonation. Mais dans la vie quotidienne, au détour d’une conversation, le fait de prêter attention à la prononciation peut se révéler très instructif.

Voir aussi l'article : Peut-on détecter un mensonge dans un SMS (texto) ?

Source: Nature Communications (www.nature.com/ncomms) via Sciences et Avenir (www.sciencesetavenir.fr)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.