ad

Diabète : pourquoi l’exercice physique est-il si important ?

Dernière mise à jour: mars 2021 | 3944 visites
unspl-m-sport-beweging-lopen-11-3-21.jpg

news Sur le plan à la fois de la prévention et du traitement du diabète, l’exercice physique joue un rôle clé. Chaque augmentation de l’intensité et de la durée de l’activité est bénéfique.

Depuis de très longues années, les autorités de santé américaines supervisent un projet baptisé Diabetes Prevention Program. Une trentaine de centres médicaux participent à cette étude, dont l’objectif consiste à évaluer dans quelle mesure une intervention sur le mode de vie permet de retarder ou d’éviter un diabète de type 2 (DT2) chez des personnes à haut risque (les prédiabétiques, avec une tolérance au glucose altérée).

Un bilan concernant les changements en termes d’exercice physique vient d’être finalisé. Il concerne quelque 3000 personnes suivies pendant environ 12 ans. Chaque année, elles ont communiqué des informations sur l’évolution de leur activité physique, alors que périodiquement, les chercheurs leur ont fait porter un accéléromètre afin de recueillir des données objectives sur leur propension à « bouger ». Tous les six mois, des analyses de sang ont permis de mesurer la glycémie d’abord à jeun, ensuite après la consommation de sucre (hyperglycémie provoquée par voie orale ou test de tolérance au glucose).

150 minutes par semaine de marche rapide

Le résultat est particulièrement instructif, puisqu’il s’avère que toute augmentation de l’activité physique s’accompagne d’une réduction du risque de développer un diabète. Le seuil minimum à viser consiste en 150 minutes par semaine, à un rythme équivalent à la marche rapide. Ce qui est crucial aussi, c’est que l’effet bénéfique de l’activité physique est sensiblement plus important chez les participants moins actifs au départ.

Le Pr Philippe Chanson (site médical Egora) commente : « Ceci souligne l’importance de l’activité physique dans les efforts d’intervention conçus pour prévenir le diabète, ce qui devrait inciter les médecins à prendre en compte à la fois l’activité physique et le poids lorsqu’ils conseillent les patients à haut risque ». On sait en effet que le surpoids intervient de manière prépondérante dans le risque de développer un diabète, et que d’ailleurs la prise en charge de la maladie passe notamment par l’amaigrissement. Il ne faut donc certainement pas non plus négliger l’exercice physique, que ce soit en termes de prévention ou dans le cadre du traitement.

Voir aussi l'article : Diabète : faites un peu de musculation

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub