ad

Intestins : la capsule à avaler qui détecte les polypes

Dernière mise à jour: octobre 2020 | 6530 visites
123-afb-gez-darm-endoscop-08-15.jpg

news Une capsule intégrant des composants de très haute technologie permet de détecter avec une grande précision les polypes intestinaux, précurseurs du cancer, sans devoir recourir à la coloscopie.

La méthode classique de dépistage des polypes consiste à visualiser l’intérieur du côlon par endoscopie. L’identification de ces tumeurs bénignes (et leur ablation) est extrêmement importante puisque leur évolution peut conduire au développement d’un cancer colorectal. L’examen est très bien maîtrisé, mais il demande néanmoins une procédure relativement lourde (préparation contraignante, hospitalisation de jour, sédation…), alors qu'il présente les risques inhérents à toute exploration invasive.

Images en 3D et intelligence artificielle

Une équipe française (CNRS) développe un système beaucoup plus léger, puisqu’il s’agit d’une capsule à avaler qui va scruter les anomalies du tube digestif. Baptisée Cyclope, elle recourt à l’imagerie en 3 dimensions (3D) et à l’intelligence artificielle (IA). Des capsules de ce type existent déjà, et elles permettent en particulier d’explorer l’intestin grêle, qui n’est pas accessible par endoscopie contrairement au côlon. Le problème réside dans leurs limitations technologiques, qui compliquent beaucoup le travail des gastro-entérologues.

Ici, toute une électronique de haute spécificité est intégrée dans une capsule de 3 cm sur 1,4, fonctionnant avec deux piles boutons. Elle contient des composants laser, des lentilles et des LED sur une tranche de quelques millimètres. Cyclope est basée sur une matrice de 19 par 19 points laser qui balaie le tube digestif, sachant que le système LED éclaire l’environnement afin qu’une caméra capture une vingtaine d’images par seconde d’un même polype, pour pouvoir ainsi l’observer sous plusieurs angles. Les informations sont d’abord traitées par un système d’apprentissage supervisé intégré dans la capsule : les algorithmes ne diffusent les images que s’ils ont repéré des polypes, ce qui permet au gastro-entérologue de n’étudier que les moments anormaux.

Lors des tests initiaux dans un intestin factice, Cyclope a reconnu les anomalies en forme de polype avec un taux de réussite de 95%. La capsule devrait être pleinement opérationnelle en 2021.

cyclope3.jpg

cyclope.png

Voir aussi l'article : Polypes du côlon : quel risque de cancer ?

Source: CNRS (www.cnrs.fr)
publié le : 21/10/2020 , mis à jour le 20/10/2020
ad
pub