ad

Pollution de l’air intérieur : des plantes oui, mais combien ?

Dernière mise à jour: septembre 2020 | 2928 visites
123m-plantes-maison-plant-huis-25-8-20.jpg

news La présence de plantes dans une habitation exerce un effet bénéfique sur la qualité de l’air ambiant. Mais espérer une purification radicale de la maison est illusoire, à moins d’en mettre beaucoup, beaucoup, beaucoup…

James Wong est ethnobotaniste, c’est-à-dire spécialiste de l’étude des relations entre l’homme et les plantes. Dans son appartement de Londres, ce collaborateur régulier du New Scientist, un magazine scientifique international, cohabite avec un peu plus de… 500 plantes. Evidemment, il ne remet pas en question l’intérêt des plantes d’intérieur en termes de bienfaits physiques et mentaux. Par contre, il s’interroge sur leur réelle efficacité comme dépolluants atmosphériques.

Utiles, mais pas de miracle

De fait, toute une série de végétaux agissent favorablement sur ce plan. Se qualifiant de « geek des statistiques », James Wong a entrepris de calculer la quantité précise de plantes qui seraient nécessaires pour assainir l’air d’un appartement. Et sachant qu’un individu de corpulence moyenne expire 30 g de dioxyde de carbone (CO2) par heure, il estime qu’il faudrait au moins 150 plants de lierre ou de fleurs de lune (un « super dépolluant ») pour éliminer tout le CO2 produit par une seule personne. Quant à l’ananas, pour prendre un exemple plus inhabituel, un millier de plants seraient nécessaires.

Si on s’intéresse aux polluants chimiques (composés organiques volatils), comme le benzène de la fumée de cigarette ou le formaldéhyde des colles et des peintures, il faudrait - selon les espèces - entre 10 et 100 plantes par mètre carré pour éliminer ces polluants aussi efficacement… que si on aérait convenablement en ouvrant la fenêtre.

Répétons-le : tout ceci ne remet pas en question l’intérêt des plantes d’intérieur, tant pour leurs effets sur la qualité de l’air ambiant que pour leurs bienfaits psychologiques. Néanmoins, en termes de dépollution, il ne faut pas s’attendre à des miracles.

Voir aussi l'article : Les plantes d'intérieur anti-pollution et anti-odeurs

Source: New Scientist (www.newscientist.com)
publié le : 02/09/2020 , mis à jour le 01/09/2020
ad
pub