Statines : quand sont-elles réellement utiles ?

Dernière mise à jour: janvier 2021
123m-pil-medic-14-11-19.jpg

news Les statines sont des médicaments destinés à baisser le taux de « mauvais » (LDL) cholestérol, avec comme objectif de réduire le risque d'infarctus et d'accident vasculaire cérébral (AVC). Mais quand ce traitement est-il vraiment indiqué ?

En fait, trois paramètres importants doivent être pris en considération.

• le taux de cholestérol (bien entendu)
• le risque cardiovasculaire individuel
• les effets secondaires parfois sévères des statines

Dans un rapport, le Centre fédéral belge d’expertise des soins de santé (KCE) examine le rôle des statines en prévention primaire cérébro et cardiovasculaire. Primaire, c'est-à-dire chez des personnes qui n'ont pas eu d'accident de ce type par le passé.

• Les statines peuvent être indiquées chez les patients présentant, en raison de leur état de santé, un risque plus important de décès dans les 10 ans par accident cérébro ou cardiovasculaire : hypertension, diabète, maladie rénale chronique...

• En l'absence de maladie à risque vasculaire, le médecin doit prendre en compte le mode de vie (tabac, alimentation, alcool, activité physique...) et les facteurs de risque génétiques (antécédents familiaux) et psychosociaux. Il est important d'agir sur les paramètres du mode de vie avant même de passer aux statines, qui seront envisagées en seconde intention.

• Selon les recommandations belges actuelles, il est préférable de réserver les statines pour la prévention primaire aux patients présentant un « mauvais » (LDL) cholestérol supérieur à 115 mg / dl et avec un risque de décès à 10 ans au moins compris 5% et 10%.

• Le patient ne doit pas ressentir un faux sentiment de sécurité : un traitement par statine ne garantit évidemment pas une protection absolue contre l'accident cardiaque ou l'AVC. Un mode de vie sain reste crucial.

Actuellement, environ 1,5 million de Belges âgés de plus de 40 ans se voient prescrire des statines, dans 80% des cas en prévention primaire. À titre de comparaison : en 2002, 400.000 Belges ont pris ces médicaments. Cependant, plus de la moitié des utilisateurs (55%) arrêtent le traitement après un certain temps.

Voir aussi l'article : Cholestérol : les statines, quel risque pour quelle efficacité ?

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.