Sommeil : pourquoi un horaire régulier est si important pour la santé

Dernière mise à jour: septembre 2019 | 2135 visites
123m-vr-slapen-bed-21-8.jpg

news Hypertension, poids, cholestérol, diabète… : la durée du sommeil et les heures de coucher et de réveil influencent le risque de développer des troubles de santé. Il est important de respecter un horaire régulier.

Cette équipe américaine (Brigham and Women’s Hospital) a suivi quelque 2000 adultes pendant 7 ans. L’intention consistait à déterminer dans quelle mesure les changements dans les habitudes de sommeil pouvaient influencer l’état de santé, en particulier métabolique. Pendant les trois premières années, les participants ont porté, à intervalles réguliers et pendant 7 jours, un actimètre qui enregistrait les paramètres du sommeil (durée, heure du coucher et du réveil…). Ensuite, ils ont répondu périodiquement à un questionnaire sur leur rythme de sommeil, leur mode de vie et leur état de santé.

Le résultat met en évidence une influence très nette des modifications des habitudes de sommeil sur le risque d’hypertension, d’hyperglycémie (pré-diabète ou diabète), de surpoids (obésité abdominale) ou d’excès de cholestérol. Ainsi, au fil du temps, l’augmentation d’une heure de la durée du sommeil accroît de 27% le risque de syndrome métabolique (regroupant au moins trois des troubles évoqués ci-dessus), alors que le fait de décaler d’une heure (plus tard) le coucher ou le réveil élève le risque de 23%.

Les chercheurs commentent : « La variabilité de la durée et du timing du sommeil est associée à une hausse du risque d’anomalies métaboliques, même après avoir pris en compte d’autres facteurs du mode de vie ». En d’autres termes, il est utile de respecter une routine du sommeil, en se couchant et en se levant à heures régulières.

Voir aussi l'article : A-t-on moins besoin de dormir en vieillissant ?

Source: Diabetes Care (http://care.diabetesjournal)
publié le : 07/09/2019 , mis à jour le 07/09/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci