Homosexualité : pourquoi il vaut mieux le dire à son médecin

Dernière mise à jour: juin 2019 | 1982 visites
123m-dokter-patient-3-6.jpg

news Les homosexuels s’exposent à des risques de santé spécifiques, en particulier infectieux. Pour un meilleur suivi, il est utile de confier son orientation sexuelle à son médecin traitant.

Réalisée par plusieurs universités françaises, l’étude HomoGen s’est intéressée aux relations entre les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) et les médecins généralistes. Quelque 2000 hommes ont participé à cette enquête (âge moyen de 36 ans, fourchette de 18 à 80 ans). On note d’abord que 87% des répondants disent avoir un médecin traitant (un homme dans 70% des cas), auquel 58% ont mentionné leur orientation sexuelle.

Ceux qui en ont parlé sont en moyenne plus âgés : cet âge plus avancé incite à se confier spontanément au praticien, et à considérer que cette démarche est importante. La réaction du médecin ? La relation n’a pas changé dans 84% des cas, elle s’est améliorée selon 14% des participants, et elle ne s’est donc dégradée que dans une infime minorité de situations. Les hommes qui ont confié leur orientation sexuelle bénéficient plus fréquemment d'un dépistage pour les infections sexuellement transmissibles (IST), et la vaccination contre les hépatites A et B leur est bien davantage proposée.

Les chercheurs expliquent : « L’information de l’orientation sexuelle est associée à une meilleure prise en charge médicale. Les médecins doivent être mieux formés à favoriser la mention de l’orientation sexuelle pour une meilleure approche de la santé sexuelle de leurs patients, en particulier les HSH ».

Source: Bulletin épidémiologique hebdomadaire (http://invs.santepubliquefr)
publié le : 28/06/2019 , mis à jour le 27/06/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci