Maigrir, grossir, maigrir… : le cœur souffre beaucoup

Dernière mise à jour: mai 2019 | 12477 visites
123-vr-gewicht-vet-dieet-obesit-02-062.jpg

news Maigrir, grossir, maigrir… : l’effet yo-yo est caractérisé par une perte de poids rapide, et une reprise tout aussi rapide. La succession de régimes amaigrissants est néfaste pour la santé cardiovasculaire.

Un régime amaigrissant doit être envisagé sur le long terme, avec une perte de poids très progressive. Dans le cas contraire, l’effet yo-yo menace, et il concerne d’ailleurs une proportion importante des personnes qui se lancent dans des régimes trop restrictifs, mal pensés, peu équilibrés. Or, au-delà de la frustration qu’il suscite, cet effet yo-yo n’est pas sans danger pour l’organisme. Une équipe américaine (université Columbia) confirme ici les observations réalisées lors d’études précédentes. Elle a constitué un groupe représentatif de femmes américaines (âge moyen de 37 ans), en s’intéressant à leurs tentatives de perte de poids durant l’année écoulée. Critère : un amaigrissement d’au moins 5 kilos, et une reprise de poids équivalente.

Le résultat montre que les femmes ont 65% de probabilité en moins de réaliser un « score cardiovasculaire » optimal, en termes de prévention du risque cardiaque et cérébrovasculaire (AVC). Ce score renvoie à des paramètres santé comme l’indice de masse corporelle (IMC), la pression artérielle, la glycémie, le cholestérol, le tabagisme, la nutrition ou l’activité physique.

Les chercheurs doivent affiner ces données, et ils envisagent une étude au long cours sur le sujet, d’une durée de cinq à dix ans. Ils veulent notamment identifier les « périodes critiques » de l’existence, lors desquelles l’impact cardiovasculaire de l’effet yo-yo serait le plus significatif, et en particulier lorsque les régimes « montagnes russes » commencent dès le jeune âge. Les auteurs ajoutent que d’autres études ont montré que les hommes sont aussi concernés par les répercussions de l’effet yo-yo, avec un risque doublé d’accident cardiovasculaire à l’âge moyen chez ceux qui se soumettent très tôt à des régimes inconsidérés de perte de poids.

Source: American Heart Association (www.heart.org)
publié le : 29/05/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci