Que faut-il manger pour mieux dormir ?

Dernière mise à jour: février 2019 | 6990 visites
nb-vr-slapen-05-16.jpg

news Des nouvelles données tendent à confirmer une association entre la qualité du sommeil et les habitudes alimentaires, ce qui signifie qu’une adaptation de l’alimentation pourrait permettre de mieux dormir.

Ces deux études, l’une réalisée en Grèce, l’autre aux Etats-Unis, visaient à déterminer l’influence de l’alimentation sur le sommeil, en retenant les critères majeurs du régime méditerranéen (régime crétois) : richesse en fruits et en légumes, en légumineuses, en céréales, en grains entiers et en poisson, avec l’huile d’olive comme matière grasse principale, consommation faible à modérée de produits laitiers, et peu de viande (en particulier rouge ou transformée).

• L’étude grecque (université Harokopio) a été conduite auprès de quelque 2000 seniors, et le résultat montre que plus l’adhésion au régime méditerranéen est élevée, plus la qualité du sommeil est favorable, avec un effet particulièrement bénéfique sur la durée d’endormissement et les réveils nocturnes.

• L’étude américaine (université de Boston) confirme ces résultats, en y ajoutant une durée de sommeil plus longue et des signes plus rares d’insomnie.

Comme l’explique le Dr Viviane de La Guéronnière (Journal international de médecine) : « Ces données s’ajoutent aux effets favorables du régime méditerranéen observés par ailleurs en neurologie et en psychiatrie, notamment sur la dépression et les fonctions cognitives ». On ne peut pas exclure, en partie du moins, ce qu’on appelle une causalité inverse : les troubles du sommeil pourraient être responsables d’une prise alimentaire de mauvaise qualité. Ceci étant, « ce domaine mérite d’être exploré davantage pour confirmer ces données et éclairer sur les mécanismes ».

Source: Sleep (https://academic.oup.com/sl) et Geriatrics & Gerontology International (https://onlinelibrary.wiley)
publié le : 25/02/2019 , mis à jour le 24/02/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci