Une bonne condition physique grâce à la vitamine D

Dernière mise à jour: février 2019 | 18484 visites
nb-cr-lopen-sport-11-16__.jpg

news Le taux de vitamine D pourrait influencer la forme physique, et en particulier la capacité cardiorespiratoire. Un nouvel effet de cette vitamine qui réserve bien des surprises.

Pendant longtemps, on a considéré que le rôle de la vitamine D se limitait à la santé osseuse, mais un éventail de travaux récents élargit progressivement son champ d’action. C’est le cas de cette étude réalisée par une équipe américaine (Virginia Commonwealth University), conduite auprès d’un groupe représentatif d’hommes et de femmes âgés de 20 à 49 ans. Pendant le suivi, les chercheurs se sont intéressés à deux paramètres : le taux de vitamine D et la VO2 max, c’est-à-dire la consommation maximale d’oxygène pendant un effort physique, indicateur important de la capacité cardiorespiratoire.

Le résultat montre que les personnes avec le taux le plus élevé de vitamine D présentent une capacité respiratoire « considérablement » meilleure par rapport à celles avec le taux de vitamine D le plus faible. Cet effet se maintient après avoir pris en compte des facteurs comme l’hypertension artérielle, le tabagisme, l’indice de masse corporelle (IMC) ou le diabète.

Il est utile d’ajouter que les participants présentaient des taux de vitamine D dans les normes acceptables, puisque les personnes avec des valeurs extrêmes (beaucoup trop ou beaucoup trop peu) ont été écartées. Un supplément de vitamine D est justifié en cas de déficit ou de carence, et toujours après avis du médecin. Une exposition raisonnable au soleil (été comme hiver) permet à l’organisme de fabriquer suffisamment de vitamine D, que l’on peut aussi trouver dans une série d’aliments (voir le lien ci-dessous).

Voir aussi l'article : La vitamine D en 3 questions

Source: European Journal of Preventive Cardiology (https://journals.sagepub.co)
publié le : 05/02/2019 , mis à jour le 04/02/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci