Fou rire : et si c’était le symptôme d'un AVC ?

Dernière mise à jour: janvier 2019 | 4796 visites
vr-lachene-170_400_10.jpg

news Une crise de rire involontaire et incontrôlé peut être le tout premier symptôme d’un accident vasculaire cérébral (AVC) : on parle de rire prodromique ou pathologique.

Le cas est relaté par une équipe du CHU de Rouen (France). Un homme de 57 ans a été admis pour une crise de fou rire survenue soudainement et qui a duré une dizaine de minutes, en dehors de tout contexte humoristique.

L’examen clinique du patient ne montre pas grand-chose d’anormal. Les médecins décident néanmoins de procéder à un scanner avec injection de produit de contraste, qui révèle une obstruction sévère de l’artère carotide interne, qui vascularise la plus grande partie du cerveau. Néanmoins, ils estiment que cette sténose est sans rapport avec la crise de rire, qu’ils attribuent plutôt à la consommation d’une substance toxique.

Un signal d'alarme possible


Quelques heures plus tard, l’état du patient se dégrade, avec l’apparition de difficultés d’élocution et un déficit de sensibilité du côté gauche du corps. Le diagnostic d’AVC, confirmé par IRM, ne fait alors plus de doute : l’occlusion de l’artère carotide interne est à l’origine d’un manque d’oxygénation d’une partie du cerveau. Un traitement est immédiatement administré, et le patient récupérera totalement. Trois mois plus tard, les chirurgiens procéderont à une endartériectomie, une intervention délicate destinée à éliminer la plaque qui obstrue l’artère, et à rétablir ainsi une bonne circulation sanguine.

Comme l’explique Le Monde, le patient a présenté ce que les spécialistes appellent un « fou rire prodromique », c’est-à-dire « un rire pathologique, irrésistible et sans objet », symptôme d’un trouble sous-jacent, ici un accident vasculaire cérébral. Lors d’un AVC, c’est un symptôme transitoire, d’une durée de quelques secondes à plusieurs dizaines de minutes, et il survient lorsque l’AVC affecte certaines régions spécifiques du cerveau. Les cas sont rares, mais ils existent, et il est dès lors bon de savoir qu’il s’agit d’un signal d’alarme possible.

Source: The Journal of Emergency Medicine (www.jem-journal.com) via Le Monde (www.lemonde.fr)
publié le : 28/01/2019 , mis à jour le 27/01/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci