BPCO (bronchite chronique et emphysème) : que pouvez-vous faire ?

Dernière mise à jour: mars 2019 | 2668 visites
123-psy-moe-depress-pijn-3-24.jpg

news Le traitement de la BPCO s'est considérablement renforcé ces dix dernières années. Des médicaments innovants améliorent beaucoup la fonction respiratoire. Toutefois, une adaptation du mode de vie est importante. Que peut-on faire ?

1° - Le tabagisme représente la cause majeure de BPCO. Cesser de fumer constitue la priorité. La maladie ne régressera pas, mais elle ne s’aggravera pas non plus.

2° - En cas de BPCO, il existe un risque réel d'inactivité physique, en raison des difficultés respiratoires. Néanmoins, il faut rester actif. Un bon rythme : 30 minutes par jour d’exercice à intensité modérée (marche, vélo, natation...), avec des pauses si nécessaire, suffisent à maintenir la forme physique et à réduire la sensation d’essoufflement. En cas de problèmes respiratoires sévères, des exercices spécifiques d'entraînement des muscles des jambes et des bras sont recommandés pour maintenir la masse musculaire (soulever des objets, monter quelques marches d'escalier, faire un peu de vélo stationnaire...).

La fonction pulmonaire proprement dite ne s’améliore pas nécessairement, mais les patients peuvent en faire plus avec des capacités réduites.

3° - Il faut veiller à assainir son environnement : température entre 18 et 21 °C (éviter les fluctuations importantes), humidité de l'air satisfaisante (l'air sec favorise la production de mucus), ne pas respirer d'air froid par la bouche (stimulation du réflexe de la toux), ne pas sortir quand il fait très chaud...

4° - Des exercices respiratoires peuvent être proposés.

En cas d’essoufflement aigu, la posture la plus appropriée est droit ou légèrement penché.

- Asseyez-vous sur le bord du lit, maintenez-vous droit ou légèrement penché, appuyez vos bras sur un coussin (éventuellement sur une table de chevet) et posez vos pieds au sol.

- Asseyez-vous sur une chaise : prenez une posture droite ou légèrement penchée, les pieds écartés et les coudes appuyés sur les genoux.

- Essayez de cracher le plus possible en faisant le moins d’effort possible. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez utiliser de l’expectorant (comprimé effervescent ou aérosol) sur prescription du médecin. Si vous toussez régulièrement, votre médecin peut vous prescrire une physiothérapie respiratoire.

- Faites le pursed lips breathing : respirez par le nez, pincez les lèvres délicatement et soufflez doucement et régulièrement à travers la petite ouverture des lèvres. Faites-le trois fois.

5° - Une alimentation saine. De nombreux patients souffrant de BPCO présentent un excès de poids ou une insuffisance pondérale. Les deux causent des problèmes. L'obésité nuit aux activités quotidiennes et peut aggraver l'essoufflement et la fatigue. Un poids corporel trop bas influence de manière défavorable l'évolution de la maladie. Un suivi diététique peut aider.

- La consommation de protéines : viande (maigre), poisson et produits laitiers.

- Les repas riches en graisse devraient être évités car ils prolongent la digestion, ce qui affecte la mobilité des poumons.

- Évitez les produits gazeux car ils peuvent entraîner une dilatation de l'estomac et ainsi affecter le rythme respiratoire.

- Il est préférable de prendre six petits repas par jour plutôt que trois repas copieux. Les repas copieux augmentent la consommation d'énergie et d'oxygène. En outre, un estomac trop plein empêche les poumons de bien se dilater.

Voir aussi l'article : BPCO (bronchite chronique et emphysème) : quels symptômes ?


publié le : 10/03/2019 , mis à jour le 09/03/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci