BPCO (bronchite chronique et emphysème) : quels symptômes ?

Dernière mise à jour: décembre 2018 | 2471 visites
longen-copd-170.jpg

news La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ou broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) regroupe la bronchite chronique et de l'emphysème. Les voies respiratoires se rétrécissent de plus en plus, et dans le même temps, le tissu pulmonaire se dégrade. Quels sont les symptômes de ces affections ?

Le tabagisme est la cause de BPCO dans 90% des cas. Les personnes qui n'ont jamais fumé peuvent également contracter la MPOC en raison, par exemple, du tabagisme passif, d'une maladie génétique ou de l'inhalation de particules fines (notamment dans le cadre professionnel).

La BPCO se développe très progressivement, pendant plusieurs années. Au début, le patient ne ressent pas ou presque pas de symptômes. Le dépistage précoce est donc difficile. Environ la moitié des personnes atteintes de BPCO ne savent pas qu'elles en souffrent. Pourtant, un diagnostic précoce permet d'intervenir le plus tôt possible pour ralentir la progression de la maladie. Il en va ainsi du fait d'arrêt immédiatement de fumer.

Les plaintes et les symptômes les plus courants sont l'essoufflement, la toux, la respiration sifflante et la production de mucus, ainsi qu'une sensation de manque d'air.

L'essoufflement

Au début de la maladie, l'essoufflement survient principalement lors d'un effort physique intense, mais plus tard, des mouvements peu exigeants peuvent entraîner ce symptôme : monter les escaliers ou s'habiller, par exemple.

La toux

La toux, surtout celle du matin, est fréquente, en raison d'une sur-production de mucus. La toux est une réaction naturelle de l'organisme pour se débarrasser du mucus. La toux typique des débuts de la BPCO est aussi appelée « toux du fumeur ».

La production de mucus (expectorations)

Les voies respiratoires des personnes avec une BPCO produisent beaucoup plus de mucus. Celui-ci doit être évacué : ce sont les expectorations de mucus blanc ou jaunâtre. Des glaires colorées et du sang dans les expectorations peuvent indiquer une infection ou une autre maladie et doivent être signalés au médecin généraliste.

Un simple test respiratoire, la spirométrie, permet de confirmer le diagnostic rapidement et sans douleur. Cet examen est destiné à mesurer le volume et les capacités pulmonaires.


publié le : 09/12/2018 , mis à jour le 08/12/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci