Cancer, infection, allergie : quels risques avec un tatouage ?

Dernière mise à jour: octobre 2018 | 712 visites
123-tatoe-08-16.jpg

conseil Les tatouages sont plus populaires que jamais. Mais ils ne sont pas sans risque. Ils peuvent provoquer une infection ou une réaction allergique. Et ils augmenteraient le risque de cancer, même si le danger est très faible.

L'infection

Environ deux personnes sur trois souffrent d'irritations, de démangeaisons, de formation de croûtes et de pertes de sang après un tatouage. C’est généralement inoffensif et transitoire, à condition de prendre bien soin de la plaie.

Cependant, entre 1 et 5% des patients développent une infection. Habituellement, il s’agit d’une infection par des bactéries cutanées telles que les staphylocoques ou les streptocoques. Chez les personnes dont l'immunité est affaiblie, cela peut être dangereux. Le Conseil supérieur belge de la santé est préoccupé par l’augmentation du nombre d’infections par le staphylococcus aureus (doré) résistant, le pseudomonas et les mycobactéries atypiques.

Les virus, tels que le VIH et ceux de l'hépatite B et C, peuvent également se propager si le tatoueur n'utilise pas des aiguilles stériles.

Plus les conditions d'hygiène sont bonnes, plus le risque d'infection est faible. Un tatouage réalisé par un amateur, dans un pays exotique ou lors d'un événement (comme un festival), peut être une source d’ennuis.

L'allergie

• Il peut y avoir des réactions allergiques avec les tatouages colorés. Ceci se produit généralement avec les tatouages rouges ou dans les parties rouges du tatouage.

• Les colorants aromatiques (colorants azoïques) peuvent jouer un rôle dans le développement de réactions allergiques.

• L'exposition au soleil peut provoquer des réactions locales dans les tatouages jaunes contenant du cadmium. Une photosensibilité avec démangeaisons et gonflement du tatouage après un bain de soleil est régulièrement signalée par les patients ; c’est également observé avec les tatouages noirs.

• Les encres de tatouage utilisant des pigments de poudre pure (Alla Prima et 13 Gold bv) provoquent davantage de réactions allergiques.

• Il peut également y avoir des réactions allergiques après un tatouage (temporaire) au henné.

• Une réaction allergique au latex des gants du tatoueur ou aux parties en caoutchouc des dispositifs est rare, mais elle met la vie en danger.

Le cancer

Selon un rapport du Joint Research Centre (JRC) de l'Union européenne, certaines encres pour tatouage et maquillage permanent présentent un risque de cancer. Cela dépend de plusieurs facteurs.

• De nombreux composants ou contaminants présents dans les encres ont des propriétés cancérigènes. C’est notamment le cas de certains hydrocarbures aromatiques polycycliques (qui sont présents notamment dans les colorants noirs), des métaux lourds (tels que le cadmium, l'aluminium, le chrome, le fer, le nickel, le cuivre et le dioxyde de titane) et de certains colorants azoïques. Les amines aromatiques et les hydrocarbures aromatiques polycycliques sont parmi les plus anciens cancérogènes connus, et les plus puissants. Si ces substances sont libérées dans l'organisme, elles augmentent le risque de cancer, non seulement localement dans la peau, mais aussi dans d'autres organes.

• La lumière UV du soleil ou d’un banc solaire favorise la formation d'amines aromatiques.

• La taille du tatouage, la concentration du polluant et le temps d’exposition du corps à ce polluant, jouent un rôle dans le développement du cancer.

• Pendant le processus de cicatrisation, une partie des particules de pigment sont encapsulées dans les cellules du tissu conjonctif. Le reste quitte le corps par la plaie de l'épiderme ou pénètre dans les ganglions lymphatiques par les voies lymphatiques, ce qui peut conduire à une inflammation chronique des ganglions lymphatiques. Le système lymphatique joue un rôle dans notre système immunitaire.

• Lors du détatouage au laser, des substances cancérigènes peuvent également être libérées. Au cours du processus, les grains d'encre peuvent être projetés en très petits morceaux puis transportés par les vaisseaux lymphatiques jusqu'aux ganglions lymphatiques.

Bien que jusqu'à présent aucune association directe n'ait été démontrée entre le tatouage et le risque de cancer, cela ne signifie pas qu'il n'y a aucun risque, mais au mieux qu'il n'y a pas de grand risque. La probabilité qu'un tatouage provoque le cancer se situerait entre un sur dix mille et un sur un million. Selon le Conseil supérieur de la santé, la tendance actuelle des très gros tatouages nécessitant beaucoup d’encre et surtout de couleurs est préoccupante.

À quoi faut-il faire attention ?

Réfléchissez bien avant de vous faire tatouer. Cela peut entraîner des risques pour la santé.

• Pour prévenir les infections, une bonne hygiène lors du tatouage est indispensable. Faites appel à un professionnel reconnu.

• L'encre rouge en particulier provoque des réactions allergiques. Les réactions cutanées sont également connues avec d'autres colorants. Lors des tatouages temporaires avec henné noir, des réactions allergiques peuvent survenir. Un test préventif a peu de sens.

Dans tous les cas, ne vous faites pas tatouer si vous êtes allergique aux matériaux utilisés pendant le tatouage (par exemple le latex ou l'encre).

• Il est très difficile de s’assurer qu’il n’y a pas d’encre dangereuse dans votre corps car il n’y a pas de liste de produits sûrs. Vous pouvez cependant exiger que le formulaire de consentement que vous devez signer dans les salons de tatouage accrédités indique quels produits ont été utilisés sur vous. Insistez également pour que le tatoueur utilise des colorants de tatouage conformes à la réglementation. Demandez la brochure avec les informations de sécurité.

L'encre européenne est généralement plus sûre que les produits fabriqués aux États-Unis et en Chine. Les encres que vous pouvez commander sur Internet sont souvent des produits douteux dont la composition ne correspond même pas à celle de l'étiquette.

• Il est important de protéger votre tatouage contre le soleil.


publié le : 22/10/2018 , mis à jour le 21/10/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci