Gelée royale : bienfaits, conservation, utilisation

Dernière mise à jour: février 2019 | 1598 visites
123-p-koning-gelei-bijen-170-12.jpg

news La gelée royale est sécrétée par des abeilles ouvrières, appelées nourrices. Elle alimente les larves, ainsi que la reine durant toute sa vie. Ce « caviar de la ruche » présente bien des vertus pour la santé humaine. Voici 4 bonnes choses à savoir.

Quels bienfaits ?

La gelée royale est notamment constituée de protéines, d’acides aminés, de glucides, de lipides, d’oligoéléments, de minéraux (calcium, fer, potassium) et de vitamines (celles du groupe B sont toutes présentes). Cette composition exceptionnelle lui confère de nombreuses propriétés. Elle permet ainsi de combattre le stress et la fatigue, de renforcer l’immunité, de soulager les douleurs articulaires et les troubles de la ménopause, d’obtenir un meilleur rendement physique et intellectuel ou encore de limiter les effets du vieillissement pour la peau, les cheveux et les ongles.

Comment la consommer ?

Il faut déposer environ 1 g de gelée royale fraîche sous la langue, car il s’agit de la zone où l’absorption des principes actifs par les muqueuses est optimale. L’idéal est de la consommer le matin, à jeun. Si vous n’appréciez pas le goût de la gelée royale pure, vous pouvez la mélanger avec une demi-cuillerée à café de miel. La gelée royale existe sous forme d’ampoules ou lyophilisée, à diluer dans un verre d’eau. Une cure à chaque changement de saison est indiquée.

Comment la conserver ?

La gelée royale fraîche est fragile. Exposée à l’air, à la lumière et à température ambiante, elle perd 50% de ses principes actifs dans les trois jours. Il est dès lors préférable de la conserver au réfrigérateur, pour une période allant jusqu'à six mois à un an. Lorsque le pot est entamé, il faut la consommer dans le mois.

Quelles précautions ?

La gelée royale est déconseillée aux personnes allergiques aux produits de la ruche, à certains pollens (camomille, pissenlit) ou qui souffrent d’asthme, d'urticaire ou d’eczéma. Elle est également interdite aux personnes atteintes d’un cancer hormonodépendant (sein, utérus, ovaires). Demandez conseil à votre médecin.

Source: Barbara Simon
publié le : 06/02/2019 , mis à jour le 05/02/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci