Guêpe, moustique, araignée... : que faire contre les piqûres ?

Dernière mise à jour: octobre 2018 | 1295 visites
Dans cet article
Guêpe, moustique, araignée... : que faire contre les piqûres ?

dossier Démangeaisons, éruption cutanée, gonflement, douleur... Guêpe, moustique, araignée, abeille, taon, bourdon... : chacun a déjà été confronté à une piqûre ou à une morsure de l'un de ces animaux.

Dans la plupart des cas, elles sont bénignes, mais parfois, elles peuvent être mortelles. Que faire ?



Qui est responsable ?

Les bourdons, abeilles, guêpes et fourmis sont des insectes qui appartiennent à la famille des hyménoptères (Hymenoptera). Les moustiques appartiennent quant à eux à la famille des diptères (Diptera). Les araignées ne sont pas des insectes. Elles appartiennent à la famille des arachnides. L'araignée ne pique pas : elle mord.

La guêpe

Une seule guêpe peut piquer jusqu’à 10 fois. Contrairement à l'abeille, elle ne perd pas son dard lors d'une piqûre. Le comportement de la guêpe est agressif quand elle est en quête de nourriture (quand les gens boivent et mangent à l'extérieur, en particulier) ou lorsqu'elle considère que son nid est menacé.

Lors de la piqûre, la guêpe injecte une petite quantité de venin. Ce venin contient des substances attractives qui peuvent attirer d’autres guêpes présentes dans les environs.

L'abeille

L'abeille perd son dard et meurt lorsqu’elle pique.

Les abeilles domestiques ne sont pas agressives, mais elles piquent si elles se sentent menacées. Le dard d’une abeille possède des ardillons, ce qui explique qu'il reste coincé dans la peau. Lorsque l’abeille tente de se libérer, elle déchire le dard avec le sac à venin présent dans son abdomen. Celui-ci reste dans la peau, et le venin peut encore s'écouler pendant une minute après la piqûre. Il est donc nécessaire de retirer le dard le plus rapidement possible.

Le bourdon

En Belgique et aux Pays-Bas, on dénombre une vingtaine de sortes de bourdons. Ces insectes sont facilement reconnaissables à leur apparence robuste et velue. Tout comme les abeilles et les guêpes, leur couleur est formée d’une combinaison de jaune et de noir. Les bourdons ont un dard lisse, et ils peuvent piquer plusieurs fois sans mourir. Cela dit, ils ne sont pas agressifs. Ils ne piquent que très rarement.

Le moustique, le stomoxe et le taon

Dans les régions tropicales, ils peuvent véhiculer des maladies graves, comme le paludisme. Les espèces que l’on retrouve sous nos contrées ne transmettent pas d'infections, mais provoquent de sérieuses démangeaisons...

L'araignée

En Belgique, on recense environ 700 espèces d’araignées, qui suscitent la panique chez bien des gens. Il n’y a pourtant aucune raison objective. Aucune des araignées autochtones n’est venimeuse. Dans le monde, seule une dizaine d’espèces d'araignées méritent d’être considérées comme dangereuses et ces espèces ne sont pas présentes chez nous à l'état naturel. Néanmoins, un certain nombre d'espèces d’araignées peuvent mordre et provoquer des réactions (très) désagréables. L’araignée d’eau (Argyrometa aquatica) a ainsi mauvaise réputation.

La fourmi

Les fourmis ne sont pas agressives. Acculées, elles peuvent mordre avec leurs mâchoires aiguisées. Ensuite, elles injectent une petite goutte d’acide formique dans la plaie. Ceci peut provoquer une sensation de picotement et une irritation de la peau (tache rouge).

Guêpe, abeille et bourdon

dier-wesp-170_400_03.jpg
Une piqûre de guêpe, d’abeille ou de bourdon est toujours très désagréable. Une substance toxique est injectée dans la peau et provoque immédiatement un gonflement. Chaque personne réagit différemment : chez certaines, la peau gonfle considérablement (oedème), chez d’autres, on ne voit quasiment rien. En règle générale, l'irritation disparaît assez rapidement.

La situation est très différente lorsqu’une abeille ou une guêpe pique dans le nez ou dans la bouche, sur la langue ou dans le cou : la réaction peut être beaucoup plus violente et le gonflement (oedème) peut entraver la respiration. Il s'agit d'une urgence médicale. Cette réaction peut indiquer une allergie au venin d’abeille.

Les symptômes possibles

Des taches rouges apparaissent sur l’ensemble du corps accompagnées de démangeaisons intenses. En outre, les yeux et les lèvres peuvent gonfler. Si l'oedème survient dans la zone du cou (gorge), la personne présentera des difficultés à s’exprimer, à respirer et à déglutir. Dans les cas sévères, la tension artérielle chute fortement et une arythmie cardiaque peut survenir, parfois suivie d’une perte de connaissance. La plupart du temps, cette réaction survient dans le quart d’heure qui suit la piqûre. C'est le choc anaphylactique.

Que faire ?

À la suite d’une piqûre d’abeille, il faut retirer le dard le plus vite possible, par exemple en l’éjectant avec un ongle ou avec une carte plastifiée (banque, magasin...) que l'on frotte à l'endroit de la piqûre. Il ne faut jamais essayer de saisir le dard avec les doigts, car cela risque de vider le sac à venin et d'’aggraver le problème.

En cas de piqûre dans la bouche ou dans la gorge, il est indispensable d'appeler les secours ou de se rendre dans un service d'urgence. La même démarche vaut en cas de réaction allergique.

Moustique, stomoxe et taon

123-malaria-mug-mosquito-5-2.jpg
Les conséquences de ces piqûres restent généralement limitées à un gonflement gênant ou douloureux. L’ampleur de la réaction varie d'une personne à l'autre. Une réaction allergique localisée peut survenir en cas de piqûres nombreuses, ce qui concerne surtout les moustiques.

Les conseils

Les moustiques sont souvent actifs au crépuscule. En soirée, portez des vêtements couvrants et utilisez un répulsif (DEET).

Que faire ?

Il ne faut pas toucher, frotter ou gratter, cela ne fera qu’aggraver les démangeaisons, tout en présentant un risque d'inflammation. L'usage d'une crème apaisante peut être indiqué. La salive est une solution connue, tout comme le vinaigre ou le bicarbonate de soude mélangé à de l'eau.

Araignée et fourmi

123-dieren-spin-nacht-10-17.jpg
Les morsures d’araignée et de fourmi (qui peuvent aussi piquer) sont peu fréquentes. Les conséquences restent limitées à un gonflement douloureux, à des démangeaisons ou à une sensation de brûlure.

Que faire ?

Inutile de paniquer. Les araignées ne méritent pas leur mauvaise réputation. Si vous les laissez tranquilles, il ne devrait rien vous arriver. Mais que faire dans le cas d’une piqûre ou d’une morsure ? Le principe, ici aussi, est de ne pas y toucher. En cas de réaction sévère, un médecin doit être consulté.


publié le : 25/10/2018 , mis à jour le 24/10/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci