Sécheresse vaginale : les femmes doivent en parler

Dernière mise à jour: août 2018 | 4833 visites
123-koppel-bed-depress-11-30.jpg

news Alors qu’une proportion importante de femmes souffre de sécheresse vaginale à l’approche de la ménopause, pendant et après, beaucoup n’en parlent pas à leur médecin. Pourtant, des solutions existent.

La sécheresse vaginale chez ces femmes est liée à la chute du taux d’œstrogènes, avec des conséquences sur le mécanisme de lubrification du vagin. La circulation sanguine intervient également : avec l’âge, l’afflux sanguin vers les organes génitaux diminue, ce qui altère la lubrification.

Une équipe américaine (North American Menopause Society) a conduit une enquête auprès de 2500 femmes, suivies pendant une période d’une vingtaine d’années. A l’entame, environ 20% des femmes âgées de 42 à 53 ans ont indiqué souffrir de sécheresse vaginale, et la proportion atteint 35% entre 57 et 69 ans. Or, la moitié des femmes concernées par ce problème indiquent ne pas en avoir parlé à un médecin, et à peine 4% suivent un traitement (lubrifiants, œstrogènes vaginaux, crèmes…).

Pourtant, la sécheresse vaginale induit des conséquences très désagréables, sur le plan sexuel (en particulier les douleurs lors de la pénétration) et sur la qualité de vie de manière générale. Message des auteurs : « Aux femmes, nous disons : s’il vous plaît, parlez de vos symptômes. Aux médecins : s’il vous plaît, proposez un traitement sûr et efficace ».

Source: Menopause (https://journals.lww.com/me)
publié le : 15/08/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci