Sexualité : les réels bienfaits du poisson

Dernière mise à jour: juillet 2018 | 4829 visites
123m-koppel-bed-lachen-3-1-1.jpg

news Les produits de la mer, et notamment les poissons gras (riches en oméga-3), agissent favorablement sur la libido, et en plus ils augmentent les chances de grossesse.

Cette équipe américaine (Harvard T.H. Chan School of Medicine) rappelle d’abord que les acides gras oméga-3 d’origine marine (poissons gras : saumon, sardine, thon, hareng, maquereau…) ont été positivement associés aux marqueurs de la fécondité tant chez l’homme que chez la femme. Les chercheurs ont souhaité vérifier l’influence des produits de la mer sur la sexualité et la fécondité dans le cadre d’une étude qui a réuni quelque 500 couples en désir d’enfant, suivis pendant un an ou jusqu’à l’annonce d’une grossesse. Chaque jour, les partenaires ont rempli un journal reprenant deux paramètres majeurs : la consommation de produits de la mer et la fréquence des rapports sexuels.

La sexualité. Les couples qui consomment le plus de produits de la mer, c’est-à-dire au moins 8 fois par cycle (environ deux fois par semaine), font l’amour 22% plus souvent que ceux qui en mangent peu (une fois par cycle ou moins) : 8 fois par mois en moyenne pour les uns, 6 fois pour les autres. Dans le même ordre d’idées, le fait de mettre des produits de la mer au menu augmente de 39% la probabilité d’entretenir une relation sexuelle ce jour-là.

La grossesse. Une moyenne de deux repas par semaine avec des produits de la mer est associée à une augmentation de 47% de la fécondité de l’homme et de 60% de celle de la femme, par rapport à une consommation égale ou inférieure à une fois par mois. Il s’avère que les femmes en désir d’enfant qui mangent très régulièrement des produits de la mer ont 92% de probabilités d’être enceinte endéans l’année.

Les auteurs en déduisent donc : « Une consommation importante de produits de la mer est associée à une fréquence plus élevée des relations sexuelles et à une augmentation des chances de grossesse ».

Source: The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism (https://academic.oup.com/jc)
publié le : 30/07/2018 , mis à jour le 30/07/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci