Boulettes de légumes et frites de panais

Dernière mise à jour: mai 2018 | 368 visites
123-groente-panais-pastinaak-170-12.jpg

recette

• pour 2 personnes
• moins de 45 minutes

Les ingrédients

• 400 g de viande de veau hachée
• 1 grand oignon rouge finement haché
• 2 gousses d'ail
• persil finement haché
• 1 œuf
• 1 c. à s. de farine d'amandes (dans les supermarchés ou magasins d'alimentation naturelle)
• poivre noir
• une pincée de sel marin
• huile d'olive
• 2 carottes coupées en brunoise
• 600 g de cubes de tomates (frais ou en conserve)
• 1 c. à s. de purée de tomates
• herbes de Provence
• 2 panais épluchés et coupés en frites
• thym séché

La préparation

• Mettez dans un saladier la viande hachée, la moitié de l'oignon, 1 gousse d'ail, le persil, l’œuf et la farine d'amandes et mélangez bien. Salez et poivrez. Formez des petites boulettes que vous ferez frire dans de l'huile d'olive jusqu'à ce qu'elles soient joliment colorées.

• Préchauffez le four à 180 °C.

• Faites revenir le reste de l'ail et de l'oignon, ainsi que les carottes, dans de l'huile d'olive. Ajoutez les cubes de tomates, la purée de tomates et une pincée d'herbes de Provence.

• Ajoutez la sauce tomate aux boulettes, couvrez et laissez mijoter à feu doux pendant 15 à 20 minutes. Retirez le couvercle de la casserole et laissez de nouveau mijoter pendant 5 à 10 minutes.

• Disposez les frites de panais sur une plaque de cuisson et arrosez-les d'un filet d'huile d'olive et de thym. Mélangez bien avec vos mains et faites-les cuire pendant ± 30 minutes dans le four préchauffé. Remuez régulièrement afin d'éviter que les frites adhèrent à la plaque de cuisson.

NonAuRegime.jpg

www.sanamethode.be

Source: Non au régime - Sandra Bekkari
publié le : 14/05/2018

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaçtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci