Coeur, diabète, constipation... : 4 vertus santé des graines de lin

Dernière mise à jour: juin 2018 | 3622 visites
lijnzaad-olie-constip-170_400_03.jpg

news Le lin est principalement exploité pour ses fibres textiles et pour ses graines oléagineuses. Les graines de lin sont très riches en acide alpha-linolénique (ALA), une substance appartenant à la famille des acides gras oméga-3, avec des propriétés bénéfiques pour notre santé.

Voici quatre de leurs principales vertus.

L'inflammation

Par leur richesse en ALA, les graines de lin agissent comme un anti-inflammatoire naturel. En effet, ces acides gras polyinsaturés participent au renforcement du système immunitaire et ils aident l’organisme à faire face aux inflammations affectant les os et les articulations (pensons notamment à l’arthrite).

Le cœur

Excellente source de fibres solubles, les graines de lin contribuent à réduire le taux de mauvais (LDL) cholestérol. Leur concentration élevée en oméga-3 favorise la fluidification du sang, empêche la formation de caillots et prévient les troubles du rythme cardiaque. Elles sont donc indiquées pour éviter les problèmes cardiovasculaires.

Le diabète

Grâce à leur forte teneur en fibres solubles, les graines de lin contribuent à la bonne assimilation des sucres. En outre, elles constituent une source importante de magnésium (392 mg / 100 g), un minéral qui favorise le métabolisme du glucose et l’action de l’insuline.

La constipation

Les graines de lin contiennent des mucilages, c’est-à-dire des substances végétales constituées de polysaccharides qui ont la particularité de gonfler au contact de l’eau. Ces mucilages ont pour effet de réduire le temps du transit intestinal et d’accroître le volume des selles. Les graines de lin agissent donc comme un laxatif naturel. Attention, toutefois : les graines de lin n’étant pas très digestes, mieux vaut les consommer moulues ou à tout le moins broyées.

Source: Barbara Simon
publié le : 02/06/2018 , mis à jour le 02/06/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci