Ostéoporose : quels risques et quel traitement ?

Dernière mise à jour: janvier 2018 | 2135 visites
123m-bot-osteop-5-12.jpg

conseil L’ostéoporose est une affection de la structure osseuse qui rend les os plus fragiles. Elle est généralement la conséquence normale du processus de vieillissement, mais parfois, il existe une autre cause (maladie, médicaments...). Les risques sont réels, notamment de fracture : il est important de suivre un traitement.

Les fractures du poignet et de la hanche sont souvent le résultat d’un chute, alors que les fractures vertébrales peuvent survenir lors d’activités normales (soulever une caisse, porter un sac lourd...) et parfois même spontanément. En Belgique, 15.000 personnes de plus de 50 ans se fracturent la hanche chaque année et de nombreuses fractures du poignet, de l’épaule et des vertèbres sont également diagnostiquées. Les fractures affectent la qualité de vie et contribuent parfois au décès.

Les personnes à risque

• femme de plus de 65 ans
• homme de plus de 70 ans
• sédentarité
• maigreur
• tabagisme
• consommation de plus de trois verres d’alcool par jour
• concentration trop faible de vitamine D et/ou de calcium
• certaines maladies chroniques (diabète, polyarthrite rhumatoïde...)

Les conseils

Un mode de vie adapté avec suffisamment d’exercice physique et un régime alimentaire riche en calcium et des taux satisfaisants de vitamine D peuvent réduire le risque dans une certaine mesure.

• Faire de l'exercice (marcher, poids et haltères...).
• Nourriture riche en calcium : produits laitiers, lait enrichi, sardines, saumon (en conserve), tofu...
• Exposition à la lumière du soleil (vitamine D).
• Arrêt du tabac.
• Limitation de la consommation d’alcool.
• Prévention des chutes.

Les médicaments

Les médicaments peuvent engendrer des effets indésirables sérieux et ils sont réservés aux patients à haut risque de fracture.

• Bisphosphonates : ce sont les mieux étudiés et les plus anciens.

• Modulateurs sélectifs des récepteurs d’oestrogène (SERM). Il a été démontré qu’ils ont un effet sur les fractures de la colonne vertébrale après la ménopause, mais aucun sur les fractures non vertébrales. Ils ne sont pas un premier choix, notamment parce qu’ils présentent un risque de formation de caillots sanguins.

• Teriparadite. Ce médicament a un effet bénéfique sur toutes les fractures, mais ne peut pas être prescrit plus de 24 mois et après l’échec du traitement par bisphosphonates, en raison d’un risque de cancer.

• Denosumab. Ce médicament réduit le nombre de fractures vertébrales et non vertébrales chez les femmes ménopausées atteintes d’ostéoporose. Il est une bonne option quand les bisphosphonates sont contre-indiqués.

• Traitement hormonal de substitution. Le traitement post-ménopausique par oestrogènes ou progestatifs protège des fractures, mais il n’est pas recommandé pour l’ostéoporose, parce que son effet est limité et le risque de maladie cardiovasculaire est accru, ainsi que celui de cancer du sein. On en sait encore trop peu sur les effets des phytoestrogènes pour les recommander dans ce contexte.


publié le : 19/01/2018 , mis à jour le 18/01/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci