Endométriose : la protection de l’allaitement au sein

Dernière mise à jour: décembre 2017 | 10477 visites
123-baby-bv-melk-09-15.jpg

news Plus longtemps une femme allaite au sein, plus le risque qu’elle souffre d’endométriose baisse, et dans des proportions très importantes.

L’endométriose se caractérise par une migration en dehors de la cavité utérine de cellules de l’endomètre (le tissu qui recouvre la paroi interne de l’utérus), qui vont envahir d’autres organes. Elle touche environ une femme sur dix en âge de procréer, et le symptôme majeur est la douleur, en particulier lors des règles et des rapports sexuels. La prise en charge de la maladie est complexe et tout ce qui peut contribuer à sa prévention présente un intérêt majeur.

« Un rôle important en termes de prévention »


Une équipe américaine (Brigham and Women’s Hospital) a analysé des données concernant plusieurs dizaines de milliers de femmes qui ont accouché d’un ou de plusieurs enfants, et qui ont été suivies pendant une vingtaine d’années. Elles ont renseigné la durée cumulée de l’allaitement au sein, une information croisée avec les cas d’endométriose confirmés par laparoscopie. Le résultat montre une association significative entre la durée de l’allaitement au sein et le risque d’endométriose. Ainsi, chaque période de trois mois d’allaitement maternel fait baisser le risque de 8%, et de 14% si l’allaitement au sein est exclusif. Les femmes qui ont allaité pendant au moins trois ans (périodes cumulées) s’exposent à un risque réduit de 40% par rapport à celles qui n’ont jamais donné le sein.

Les chercheurs indiquent que cette protection s’expliquerait en partie par l’aménorrhée postpartum (absence de règles après l’accouchement), mais d’autres mécanismes interviennent aussi, qui restent à déterminer. Ils ajoutent : « Etant donné la nature chronique et incurable de l’endométriose, l’allaitement au sein pourrait jouer un rôle important en termes de prévention ». L’allaitement maternel présente des bénéfices majeurs tant pour l’enfant que pour la maman, mais encore faut-il qu’il soit possible et souhaité. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise l’allaitement au sein pendant une période de six mois.

Source: The British Medical Journal (www.bmj.com)
publié le : 16/12/2017 , mis à jour le 15/12/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaçtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci