ad

Cancer du col : plus de sexe, plus de risques ?

Dernière mise à jour: novembre 2020 | 13493 visites
koppel-bed-rel-voeten-170_400_02.jpg

news Le cancer du col de l’utérus est causé par le papillomavirus (HPV), extrêmement contagieux et si répandu qu'on estime que 80% des femmes (et des hommes) sont entrées en contact avec ce virus au moins une fois au cours de leur vie sexuelle active. Heureusement, un vaccin a été développé voici quelques années.

• L'infection peut se produire dès le premier rapport sexuel.
• Chaque fois que vous avez des relations sexuelles, vous pouvez être infectée si votre partenaire l’est.
• Le risque d’infection augmente si vous ou votre partenaire avez des partenaires sexuels multiples. Mais cela ne signifie pas que quand une femme est atteinte, c’est parce que son partenaire a eu de nombreuses relations sexuelles. Un seul rapport sexuel suffit.
• Le cancer du col de l’utérus est plus fréquent chez les femmes sexuellement actives à un âge précoce, probablement parce que chez les jeunes femmes (de moins de 16 ans), le col est toujours en train d’évoluer et donc plus sensible aux infections.

Une infection par le HPV ne signifie pas automatiquement le développement d’un cancer du col.

Entre 80 et 90% des infections HPV sont automatiquement éliminées par le système immunitaire. Dans 10 à 20% des cas, le HPV reste en sommeil. Les cellules infectées peuvent devenir cancéreuses après plusieurs années, mais elles pourraient tout aussi bien revenir naturellement à la normale. En fait, seule une femme infectée par le HPV sur 100 développera un cancer du col si elle n’est pas traitée.

Il existe des facteurs qui augmentent le risque de développer ce cancer.

Fumer. Le cancer du col est plus fréquent chez les fumeuses. Les études ont montré que leur système immunitaire fonctionne moins bien. Le corps a donc plus de difficulté à lutter contre les infections.

Un système immunitaire affaibli. Les femmes dont le système immunitaire est affaibli luttent moins bien contre les infections, dont celle à HPV. Le cancer du col est donc plus fréquent chez celles qui vivent avec le VIH et le sida et chez celles qui prennent des médicaments qui affaiblissent le système immunitaire, par exemple suite à une greffe d’organe.

Ne pas faire de frottis. Le cancer du col est plus fréquent chez les femmes qui ne se font jamais examiner. Un frottis permet de détecter les lésions précancéreuses, qui peuvent être traitées. Les femmes âgées de 25 à 64 ans ont donc tout intérêt à se faire examiner tous les trois ans dans le cadre du dépistage du cancer du col utérin.

• Utiliser longtemps (plus de 5 ans) la pilule ou un autre contraceptif hormonal augmente très légèrement le risque de développer un cancer du col de l’utérus. Le risque diminue dès l’arrêt de la pilule et revient à la normale 10 ans après l’arrêt.

La vaccination contre le HPV

Depuis quelques années, il est possible de se faire vacciner contre le HPV. Ces vaccins (Gardasil et Cervarix) protègent contre les types dangereux de HPV (16 et 18), ceux qui causent le cancer. Pour être vaccinée avant que l’infection se produise, il faut y procéder avant le premier rapport sexuel, ce qui protège contre environ 70% des cancers du col. Un nouveau vaccin en préparation empêchera 90% des cancers.

L'utilisation du préservatif offre une protection contre le virus, mais elle n’est pas garantie à 100%.

• Pour les jeunes filles, la vaccination est gratuite en Belgique.
• Pour les filles de 12 à 18 ans, le remboursement est partiel.
• Les femmes plus âgées qui ont déjà eu un premier vaccin avant l’âge de 19 ans sont également admissibles à un remboursement.

Le vaccin coûte 11,60 € par dose.

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub