Exercice physique : oubliez votre smartphone !

Dernière mise à jour: mars 2017 | 7770 visites
123m-vr-smartphone-lopen-sport-13-3.jpg

news L’activité physique et l’utilisation du téléphone portable ne font pas bon ménage : se parler ou s’envoyer des messages compromet l’équilibre, avec un risque de blessure.

De nombreuses études ont montré que dans certaines situations, l’usage du téléphone portable perturbe l'attention, la concentration et la vigilance, en particulier au volant, mais aussi tout simplement en marchant en rue, avec un gros risque de distraction, source possible d’accident. Une équipe américaine (université de Pennsylvanie) a abordé le sujet sous l’angle de la stabilité posturale pendant une activité physique, ici la marche à rythme soutenu et le jogging léger, soit sur un tapis de course, soit en extérieur.

Les participants ont utilisé leur smartphone dans trois configurations : message écrit, conversation orale, écoute de musique. Les mouvements du corps ont été observés de près, et il s’avère, indique Body Science, que rédiger ou lire des messages modifie la stabilité posturale avec une ampleur de 45%, alors que l’altération est de 15% lorsqu’on passe un appel ou qu’on y répond, mais il n’y a pas d’effet négatif notable quand on écoute de la musique.

Ces changements de la stabilité posturale, liés au fait que l’attention et la concentration se répartissent sur deux tâches (activité physique et utilisation du smartphone), peuvent compromettre l’équilibre et la coordination des mouvements, et exposer à un déséquilibre ou à une chute, avec un risque de blessure (contusion, entorse, fracture…). Le conseil, c’est d’oublier son portable (option silencieux, par exemple) le temps de l’activité physique, et de ne le consulter qu’après, ou d’interrompre l’exercice s’il faut vraiment utiliser le smartphone, ce qui n’est pas l’idéal en termes de rythme.

Source: Performance Enhancement & Health (www.journals.elsevier.com/p)
publié le : 27/03/2017 , mis à jour le 26/03/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci