Ecole : les adolescents et le harcèlement sexuel

Dernière mise à jour: février 2017 | 10864 visites
123m-tien-school-psy-depress-27-2.jpg

news L’intimidation sexuelle verbale et physique en milieu scolaire peut avoir des conséquences extrêmement graves. Pour pouvoir agir, cette réalité doit être mieux cernée.

L’enquête a été réalisée aux Etats-Unis, mais elle dégage des enseignements qui peuvent être largement extrapolés. Les chercheurs (université de l’Illinois) ont interrogé, sur une période de cinq ans, un millier d’élèves du secondaire inférieur, garçons et filles, sur leur vécu durant l’année écoulée en matière de harcèlement sexuel à l’école.

Que constate-t-on ?

• Près de la moitié des jeunes adolescents ont fait l’objet au moins une fois de propos ou de gestes déplacés à caractère sexuel.

La victimisation verbale (propos sexuels non désirés ou insulte homophobe) est plus fréquente que la victimisation physique (gestes et attouchements).

Les lieux de harcèlement sont le plus souvent les couloirs de l’école, suivis par la classe, le vestiaire de la salle de gym, la salle de gym (pendant le cours), le réfectoire et les abords de l’établissement.

Les incidents les plus rapportés sont les insultes homophobes, les allusions sexuelles, les rumeurs à caractère sexuel, les attouchements sexuels, les agressions sexuelles et le mépris vis-à-vis des victimes de ces comportements.

Les auteurs sont surtout les garçons indiquent les filles, alors que les garçons victimes identifient d’autres garçons, mais aussi… des amis proches (ou considérés comme tels…).

• Une proportion importante des victimes a tendance à relativiser, voire à nier le harcèlement, en indiquant qu’il s’agit plutôt de plaisanteries entre camarades. Ceci explique (en partie) la raison pour laquelle peu d’entre eux se plaignent auprès des enseignants, de la direction ou de leurs parents.

• Il n’est pas rare que sous la pression, les victimes de harcèlement à caractère homophobe intimident à leur tour d’autres élèves, afin de démontrer qu’ils ou elles ne sont pas homosexuels.

Ce sont là les observations principales de cette étude, qui est d’ailleurs poursuivie. Les auteurs expliquent qu’il est particulièrement important d’identifier et de comprendre ce qui constitue la réalité du harcèlement sexuel à l’école, afin de mettre en œuvre les mesures de prévention et d’action indispensables pour lutter contre ce phénomène.

Source: Children and Youth Services Review (www.journals.elsevier.com/c)
publié le : 08/03/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci