Que faire en cas de morsure de chien ?

Dernière mise à jour: août 2016 | 14287 visites
123-hond-gevaar-bijten-07-16.jpg

news Une morsure de chien est toujours potentiellement dangereuse et doit être soigneusement traitée, voire examinée par un médecin, même si elle n'a pas l'air très grave. Comment réagir ?

Chaque année, quelque 150.000 Belges, principalement des enfants, sont mordus par un chien. Les études indiquent que près de 2% des enfants de moins de 16 ans ont déjà été mordus. Dans presque 8 cas sur 10, ils l’ont été par un chien qu’ils connaissaient et dans plus de 6 cas sur 10, c’est arrivé à la maison.

Les conséquences peuvent être (très) sérieuses.

• Les tendons ou les nerfs peuvent être touchés.
• La blessure, surtout au visage, peut provoquer des cicatrices si elle n'est pas prise en charge de manière adéquate.
• Il existe un risque élevé d’infection par des germes (en particulier des bactéries) présents dans la gueule ou dans la salive de l’animal. Les plaies profondes et celles aux membres s’infectent plus facilement. Cette infection peut avoir des conséquences très sérieuses.

Que pouvez-vous faire ?

Idéalement, une morsure de chien (ou d’un autre animal ou... d'une autre personne) devrait toujours être examinée par un médecin. En attendant, vous devez nettoyer la plaie.

• Rincez la plaie dès que possible sous un jet d'eau tiède.
• Les blessures superficielles peuvent être simplement désinfectées, dans un premier temps en tout cas, et être surveillées de près.
• Laissez ouverts les points de morsure, où les dents se sont plantées.
• Les plus grandes plaies peuvent éventuellement être couvertes avec de la gaze stérile et un bandage.
• Il est préférable de laisser la zone lésée à l’air, afin d’éviter le gonflement.
• Si un doigt ou un morceau de chair est déchiré, rincez abondamment avec de l’eau, enveloppez-le dans un linge stérile humide et enveloppez le tout dans un sac en plastique. Dans un autre sac en plastique, mettez quelques cubes de glace et posez-le sur le premier. Foncez à l’hôpital avec ces sacs.

Il est très important de traiter la blessure le plus tôt possible. La plaie doit être nettoyée convenablement par un rinçage avec de l’eau ou du sérum physiologique (de préférence à la seringue).

• Le médecin nettoiera la plaie avec une solution saline ou un savon.
• Les tissus morts et les morceaux de peau lâches seront supprimés sous anesthésie locale pour limiter les risques d’infection.
• Un pansement sera appliqué sur les plaies plus profondes.

La fermeture des plaies

Si la plaie est récente et qu’il n’y a aucun signe d’infection, elle sera fermée directement. Les plaies anciennes et infectées sont laissées ouvertes et recouvertes d’un pansement stérile.

• Pour prévenir les infections, les blessures aux membres ne doivent pas être fermées immédiatement.
• Les blessures récentes au visage et non infectées peuvent être recousues directement, pour des raisons esthétiques.
• Les blessures plus anciennes (plus de 8 heures aux membres, plus de 12 heures au visage) ne sont jamais refermées immédiatement.
• Après une réévaluation au bout de 48 à 72 heures, les blessures peuvent encore être fermées s’il n’y a aucun signe d’infection de la plaie.

La prise en charge à l’hôpital

Dans certains cas, une hospitalisation est indispensable.

• S’il y a des signes d’une infection sévère de la plaie (fièvre, douleurs musculaires, vomissements…).
• En cas de dommage à un tendon, une articulation, un nerf, un os.
• En cas de plaie grave au visage ou aux mains nécessitant une chirurgie reconstructive.

Quelles autres mesures ?

• En cas de blessure à la main ou au bras, il est généralement conseillé de porter le bras en écharpe. Si nécessaire, une attelle peut être utilisée pour immobiliser la main.
• En cas de blessure à la jambe, les mêmes mesures sont conseillées pour la maintenir.
• Si la plaie fait de plus en plus mal après quelques jours, devient rouge ou commence à briller, ou si vous avez de la fièvre, vous devez consulter à nouveau votre médecin parce qu’il peut s’agir d’une infection.

Les antibiotiques

Dans certains cas, il est également conseillé de prendre des antibiotiques à titre préventif ou curatif. Observez bien la plaie les premiers jours. Les signes d’infection sont notamment le gonflement, la chaleur locale et la douleur. On peut aussi avoir de la fièvre, des douleurs musculaires et éprouver une sensation de malaise général (type grippal). Les plaies infectées doivent être vérifiées tous les jours par un médecin.

L'administration préventive d’antibiotiques (quand il n’y a pas de signe d’infection de la plaie) peut être recommandée :

• en cas de morsure très profonde difficile à nettoyer et à désinfecter
• en cas de blessure au visage, aux mains ou aux pieds
• en cas de blessure remontant à plus de 8 heures
• chez les personnes qui présentent un risque accru d’infection comme :

- les plus de 50 ans
- les diabétiques
- les patients avec une valve cardiaque artificielle ou une maladie grave de la valve cardiaque
- les porteurs d'une prothèse (genou, hanche...)
- les personnes sans rate
- les patients avec une fonction immunitaire réduite
- les personnes avec une mauvaise circulation sanguine
- les personnes atteintes d’une maladie du foie (à cause de l’alcool)

La vaccination contre le tétanos

Une morsure expose à un risque de tétanos. Si votre dernier rappel date de plus de 10 ans, le médecin devra vous administrer un rappel le plus tôt possible.

La rage

La rage ne sévit plus en Belgique. Mais si vous êtes mordu à l’étranger par un chien présentant une présomption de rage, vous devez consulter un médecin dans les 24 heures. Il va éventuellement vous prescrire un traitement préventif : la vaccination et l’administration d’immunoglobulines spécifiques contre la rage.


publié le : 08/08/2016 , mis à jour le 07/08/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci