Pourquoi de l'asthme sans être allergique ?

Dernière mise à jour: mai 2016 | 8812 visites
vr-astma-inhal-170_560_04.jpg

news Beaucoup pensent que l’asthme ne touche que les personnes souffrant d'une allergie aux pollens de plantes, aux animaux de compagnie, aux acariens, à certains aliments… Mais une proportion de jeunes asthmatiques et beaucoup de gens touchés par l’asthme plus tard dans leur vie ne souffrent d’aucune allergie.

Les symptômes et le traitement sont sensiblement les mêmes. Il existe aussi une forme particulière d’asthme, l’asthme induit par l’exercice, qui ne se produit qu’en cas d’effort.

L’asthme est une inflammation chronique des voies respiratoires qui les rend plus irritables et contractées au contact de certaines substances (fumée, poussière, parfums…) ou de substances auxquelles la personne atteinte est allergique. Les symptômes typiques de l’asthme sont une sensation d’oppression, l’essoufflement, la toux, une respiration sifflante.

L'asthme allergique

L’asthme allergique est le plus fréquent. Il se développe généralement dans l’enfance et on note la plupart du temps une prédisposition génétique. Ceux qui en souffrent ont du mal à respirer dès qu’ils inhalent des substances allergènes, comme la poussière, le pollen de plantes, les acariens, les squames d’animaux, les spores de moisissures… Des aliments ou des médicaments peuvent également provoquer cette réaction.

En outre, chez presque tous les asthmatiques allergiques et certains non allergiques, des substances irritantes comme le brouillard, l’air froid, la fumée de tabac, les gaz d’échappement…, ou même l’exercice peuvent provoquer les mêmes symptômes.

L’hérédité joue un rôle important. Si l’un des deux parents est asthmatique ou allergique, l’enfant a 50% de risque d’y être également prédisposé. Quand les deux parents le sont, cette probabilité monte à 70%. Un enfant de parents non asthmatiques ou allergiques aurait seulement 5 à 10% de risque de le devenir.

L'asthme non allergique

Vous pouvez également avoir de l’asthme sans être allergique. Vous serez alors sensible à des stimuli non allergènes, comme les gaz d’échappement, la fumée, l’essence, le parfum, l’encre, les produits d’entretien… Vous pouvez également en souffrir à cause de conditions météorologiques telles que le froid, le brouillard ou l’humidité.

Cette forme d’asthme se développe le plus souvent après l’âge de 30 ans et est généralement plus difficile à traiter que l’asthme allergique.

La pathogenèse est encore très incertaine. On soupçonne qu’une infection des voies respiratoires serait à la base de l’asthme non allergique. Une forme spécifique de l’asthme non allergique est l’asthme professionnel. Il peut survenir si vous êtes exposé de manière fréquente et prolongée à certains produits chimiques ou à d’autres substances irritantes.

L'asthme d’effort

L’asthme induit par l’exercice est particulier. Les attaques sont déclenchées uniquement par l’effort physique et la crise ne survient pas pendant l’exercice mais 10 à 15 minutes après. C’est particulièrement l’intensité de l’exercice qui joue un rôle : la respiration accrue qui va de pair avec les efforts fournis provoque une déshydratation et un refroidissement des voies respiratoires et ces changements peuvent provoquer leur contraction.

Souvent, votre médecin vous prescrira une inhalation à prendre avant de commencer une activité sportive. Mais pour prévenir cet asthme, il est également important de commencer calmement votre activité afin que vos poumons puissent faire la transition. La pratique sportive quand l’air est froid et sec est déconseillée.


publié le : 29/05/2016 , mis à jour le 28/05/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci