Maladie d’Alzheimer : pourquoi cette difficulté à reconnaître les visages ?

Dernière mise à jour: juin 2016 | 6533 visites
123-koppel-oud-relax-5-30.jpg

news Les patients souffrant de la maladie d’Alzheimer rencontrent de grandes difficultés à identifier les visages, notamment ceux de leurs proches : leur perception visuelle est considérablement altérée.

La perception des visages joue un rôle fondamental dans les interactions humaines et nous avons développé une expertise spécifique pour détecter et identifier très rapidement un visage. Comme l’explique cette équipe de l’université de Montréal, « cette faculté repose sur la capacité à percevoir un visage comme un tout », et non en analysant ses éléments séparément (yeux, nez, bouche…). Or, il semblerait que cette perception globale soit fortement compromise dans la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs ont réalisé une expérience regroupant des patients souffrant d’Alzheimer et des personnes âgées en bonne santé. Des photos de visages et de voitures leur ont été présentées, soit à l’endroit, soit à l’envers. Que constate-t-on ?

Les visages à l’envers. La capacité de reconnaissance (exactitude et rapidité) est semblable dans les deux groupes. Dans cette configuration, le cerveau doit traiter les informations perçues par l’œil de manière analytique et locale, en analysant les différentes composantes de l’image.

Les visages à l’endroit. Les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer sont beaucoup plus lentes et commettent plus d’erreurs que celles qui n’en sont pas atteintes. Ceci porte à croire que c’est la reconnaissance globale du visage qui est altérée.

Les voitures. Les performances sont normales, tant à l’envers qu’à l’endroit, chez les patients atteints d’Alzheimer. Ceci suggère que les difficultés de perception visuelle concernent spécifiquement les visages.

L’effet, à des degrés variables, est constaté à tous les stades de la maladie. Ces observations contribuent à mieux expliquer les difficultés à reconnaître les personnes familières (proches, célébrités…), qui renvoient donc à l’altération de la perception globale du visage, et pas seulement à un trouble de la mémoire. Les auteurs considèrent que leur étude ouvre la voie à la mise en place de certains types de stratégies d’aide aux patients et à leurs proches, comme travailler sur la reconnaissance des particularités du visage ou s’appuyer sur d’autres indications (la voix…).

Source: Journal of Alzheimer’s Disease (www.j-alz.com)
publié le : 12/06/2016 , mis à jour le 11/06/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci