ad

Asthme : l’exercice physique, un vrai traitement

Dernière mise à jour: novembre 2015 | 5948 visites
123-lopen-sport-aatletiek-tieners.jpg

news Une demi-heure d’activité physique tous les jours : pour les asthmatiques, il s’agit d’un complément idéal pour mieux maîtriser leurs symptômes respiratoires.

Commençons par la conclusion : « Il serait formidable de voir les médecins recommander aux asthmatiques de faire de l’exercice en plus de suivre leur traitement pharmacologique classique ». Autrefois, explique cette équipe de l’université Concordia (Montréal), on déconseillait aux personnes asthmatiques de pratiquer une activité physique, craignant qu’elle provoque un essoufflement et déclenche une crise d’asthme. De fait, le risque de bronchospasme d’effort est bien présent, mais en utilisant son inhalateur avant de démarrer et en prenant ensuite le temps de récupérer, tout devrait se passer normalement.

« Il n’y a aucune raison valable de ne pas faire d’activité physique », poursuivent ces spécialistes en sciences de l’exercice. Que du contraire. Ils ont réalisé une enquête auprès d’un millier de patients asthmatiques qui montre que ceux qui pratiquent régulièrement une activité physique maîtrisent deux fois mieux leurs symptômes que ceux qui n’en font jamais. Et l’effort ne doit pas être ardu : une demi-heure par jour de marche, de vélo, de fitness, de yoga, de natation…, à peu près n’importe quelle activité physique en fait, améliore sensiblement la situation.

Pour obtenir les meilleurs résultats, l’important est de se montrer persévérant : trente minutes tous les jours tout au long de l’année. Sachant néanmoins qu’un peu d’exercice vaut mieux que pas d’exercice du tout, même s’il est préférable d’en faire plus que moins. Il est évidemment important d’en parler avec son médecin, afin de déterminer la fréquence et l’intensité optimales de l’effort.

Source: BMJ Open Respiratory Research (http://bmjopenrespres.bmj.c)
publié le : 20/11/2015 , mis à jour le 19/11/2015
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci