ad

Arrêt du tabac : les fumeurs inégaux face à la prise de poids

Dernière mise à jour: novembre 2015 | 6050 visites
Fotolia_roken-sigaret-asbak-02-15.jpg

news La prise de poids est un phénomène fréquent après avoir arrêté la cigarette, mais certains ex-fumeurs sont plus à risque que d’autres de prendre beaucoup de kilos.

C’est ce que démontre ce suivi réalisé par une équipe américaine (université d’Etat de Pennsylvanie), qui a examiné pendant une dizaine d’années l’évolution du poids de quelque 12.000 personnes, fumeurs, non-fumeurs et ex-fumeurs. Comme le rappelle Le Figaro, on sait que la nicotine accélère le métabolisme et agit sur la satiété (comme un coupe-faim), ce qui explique en partie la prise de poids à l’arrêt de la cigarette. On ajoutera le grignotage, un comportement classique de compensation chez de nombreux fumeurs en période de sevrage.

La première constatation de l’étude américaine indique que la prise de poids au fil des ans constitue une tendance générale, que l’on fume ou pas. La deuxième, c’est qu’on observe assez peu de différences, sur ce plan, entre les fumeurs et les anciens fumeurs… dont la consommation ne dépassait pas une quinzaine de cigarettes par jour avant l’arrêt. Par contre, la prise de poids est bien plus massive chez ceux qui fumaient plus de 25 cigarettes, ainsi – mais dans une moindre mesure - que chez les ex-fumeurs déjà en excès de poids avant le sevrage.

Ceci signifie donc, selon cette étude, que deux paramètres jouent un rôle clé dans le risque de prise de poids : le nombre de cigarettes fumées et l’indice de masse corporelle (IMC) avant le sevrage. Le message est dès lors double : rassurer les fumeurs modérés sur la probabilité de grossir après l’arrêt et conseiller aux fumeurs à risque de (beaucoup) grossir d’accompagner le sevrage tabagique par des mesures (alimentation, activité physique…) destinées à contrôler le poids.

Source: International Journal of Obesity (www.nature.com/ijo/index.ht)
publié le : 27/11/2015 , mis à jour le 26/11/2015
ad
pub