Père à un âge jeune : un risque plus élevé de mortalité prématurée ?

Dernière mise à jour: novembre 2015 | 4541 visites
kind-vader-170_400_09.jpg

news La paternité précoce exposerait à un risque accru de décès prématuré : il est important de soutenir les pères jeunes, comme on le fait pour les mères.

Cette étude a concerné quelque 30.000 hommes, pères d’un premier enfant à différents âges, avec une analyse du taux de mortalité entre 45 et 54 ans. L’âge moyen de la première paternité est de 25 – 26 ans. Une série de facteurs ont été pris en considération : statut socio-économique, profession, lieu de résidence, célibataire ou en couple, nombre total d’enfants… Sur l’ensemble du groupe, 5% sont décédés pendant la période de dix ans considérée ici.

Un examen détaillé montre que les pères les plus jeunes – premier enfant avant 22 ans – s’exposent à un risque de décès prématuré 26% plus élevé par rapport à un père âgé de 25 – 26 ans lors de sa première paternité. Le risque est accru de 14% pour une première paternité entre 22 et 24 ans, il n’y pas d’incidence, sur ce plan, quand elle intervient entre 27 et 29 ans, alors que le risque est réduit de 25% quand on devient père pour la première fois entre 30 et 44 ans. Les deux premières causes de mortalité prématurée sont d’ordre cardiaque (infarctus…) et accidentel (en particulier à la suite d’une consommation excessive d’alcool).

Les auteurs de ces recherches (université d’Helsinki) expliquent : « Ces données suggèrent un effet causal entre une paternité à un âge jeune et la mortalité précoce, et soulignent la nécessité d’accompagner et de soutenir les jeunes pères ». Cette association s’expliquerait en grande partie par le stress engendré par la paternité, bien plus difficile à gérer, sur le plan personnel, familial et social, quand on est encore (très) jeune. Ce qui augmente le risque d’adopter des comportements néfastes (alcool, tabac, drogue, alimentation, sédentarité…), avec des conséquences sérieuses à terme. Ce n’est évidemment pas systématique, loin s'en faut, mais le danger existe. Il est donc important d’accorder aussi une attention particulière aux jeunes pères, comme cela se fait pour les mères jeunes.

Source: Journal of Epidemiology & Community Health (http://jech.bmj.com)
publié le : 17/11/2015 , mis à jour le 16/11/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci