D'où viennent ces bleus sur la peau ?

Dernière mise à jour: septembre 2015 | 10499 visites
teek-bloedcellen-170_400_10.jpg

conseil Des bleus apparaissent régulièrement sur la peau sans pour autant avoir reçu de coup : quelle peut être l'origine de ces épanchements de sang ?

Parmi les causes les plus fréquentes d'ecchymose sans contusion, on en retiendra cinq.

Le manque de collagène

Au cours du vieillissement, l'organisme s'appauvrit en collagène (une protéine clé dans la résistance des tissus). Ceci a notamment pour conséquence que la peau devient plus fine et plus fragile, les vaisseaux sanguins sont moins bien protégés et saignent plus facilement. De nombreuses personnes âgées présentent ainsi des taches rougeâtres et bleutées sur les mains, les bras ou les jambes.

L'aspirine et les anticoagulants

L'aspirine et les médicaments anticoagulants diminuent la capacité d'agrégation (agglutinement) des plaquettes sanguines, ce qui peut donner lieu à des ecchymoses spontanées potentiellement importantes. La nécessité d'une adaptation des dosages sera évaluée par le médecin.

La cortisone

Les corticoïdes fragilisent les capillaires sanguins de la peau, ce qui peut également favoriser l'apparition de bleus après des chocs apparemment insignifiants.

La carence en vitamines

Cette cause est assez rare mais elle ne peut pas être exclue. La carence en vitamines peut favoriser les saignements sous la peau (comme aux gencives aussi d'ailleurs). Un bilan sanguin permet de vérifier la suspicion et, le cas échéant, de proposer une supplémentation.

La maladie veineuse

L'insuffisance veineuse provoque des varicosités (« veines éclatées ») rouges ou bleues que l'on peut facilement confondre avec de petites ecchymoses. Bas de contention, traitement veinotonique, sclérothérapie (injection d'un produit qui va scléroser et supprimer la varice), thérapie au laser (la chaleur détruit les varicosités)... : plusieurs options existent.


publié le : 07/09/2015 , mis à jour le 06/09/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci